Ses travaux lui ont valu le prix Nobel de chimie en 1996 et ont ouvert la voie à la recherche sur les nanotechnologies. Richard Smalley est décédé d'un cancer le 28 octobre dernier à Houston...

Ses travaux lui ont valu le prix Nobel de chimie en 1996 et ont ouvert la voie à la recherche sur les nanotechnologies. Richard Smalley est décédé d'un cancer le 28 octobre dernier à Houston (Texas) où il enseignait à la Rice University.
Au début des années quatre-vingt, Richard Smalley travaillait à la mise au point d'un laser pulsé capable de vaporiser la matière et permettant d'étudier la structure des molécules. Ayant eu vent de ses travaux, un certain Harold Kroto, spécialiste des étoiles géantes riches en carbone, vint le trouver pour qu'ils mènent ensemble une série d'expériences sur un disque de graphite.
Au cours de leurs expériences, les deux hommes rencontrèrent une molécule de carbone pur composée de 60 atomes (C60) dont la structure reprenait celle d'un ballon de football, ce qui lui conférait un certain nombre de propriétés uniques.
Ils baptisèrent leur découverte "fullerène", en hommage à l'architecte Buckminster Fuller, inventeur des dômes géodésiques, et entreprirent de les étudier plus en détail. Les fullerènes se sont révélés un matériau prometteur, utilisé dans de nombreux domaines comme la supraconductivité, l'informatique, le traitement de l'eau ou... les produits de beauté.

A partir des fullerènes ont ensuite été élaborés les premiers nanotubes : des tubes cristallins constitués d'atomes de carbone assemblés selon des formes géométriques. Ces derniers ont ouvert la voie à des technologies profitant d'un niveau de miniaturisation jamais atteint auparavant : les nanotechnologies.
Richard Smalley et ses co-lauréats ont en fait été récompensés du Nobel du chimie tant pour leur découverte des fullerènes que pour la mise au point de l'appareil à laser pulsé qui leur a permis de les découvrir. Smalley a par la suite fondé le premier institut de recherche dédié aux nanotechnologies en 1993, près de l'université de Rice, au Texas.
"Nous sommes sur le point de construire des choses fonctionnant à l'échelle de l'infiniment petit, au niveau le plus ultime de la finesse", s'enflammait Richard Smalley devant le Congrès en 1999. "Ces nanochoses, ainsi que la technologie employée pour les manipuler et les assembler, vont révolutionner nos industries et nos vies".
Il obtint en 2000 la création de la National Nanotechnology Initiative (NNI), programme de recherche chargé de coordonner au niveau national les efforts entrepris par les agences et sociétés américaines spécialisées dans les nanotechnologies. Aujourd'hui, si la communauté scientifique s'accorde à reconnaître aux fullerènes un intérêt primordial, ses capacités et les nombreuses applications qui peuvent en découler restent à découvrir.
(Atelier groupe BNP Paribas - 04/11/05)