Le 13 août au plus tard, tous les États membres de l’Union Européenne devaient avoir transposé en droit national deux directives européennes qui s'attaquent aux problèmes environnementaux...

Le 13 août au plus tard, tous les États membres de l’Union Européenne devaient avoir transposé en droit national deux directives européennes qui s'attaquent aux problèmes environnementaux résultant de l’accroissement des quantités de déchets électriques et électroniques. Ces directives ont pour but d'assurer que les vieux produits électriques et électroniques ne soient pas simplement jetés, mais soient recyclés et réutilisés. À l'heure actuelle, la plupart des appareils finissent en déchets municipaux, qui sont ensuite mis en décharge ou incinérés. Seulement, ces pratiques libèrent des polluants qui contaminent l'air, l'eau et le sol et qui peuvent avoir des effets négatifs sur la santé. La transposition est une première étape importante de la réduction des incidences environnementales de produits tels que les téléviseurs et les machines à laver, les téléphones mobiles et les climatiseurs. Pourtant, à ce jour, seule la Grèce a adopté des mesures législatives nationales assurant la transposition des deux directives. Madame Wallström, membre de la Commission responsable de l'environnement, a fait la déclaration suivante : Je suis déçue de voir que vingt-quatre États membres n'ont pas respecté la date limite, et je les invite instamment à accélérer le processus législatif. Il faut agir vite pour faire cesser les dégâts que provoquent les déchets électriques. "La Commission européenne fait savoir dans un communiqué sur le sujet que les quantités de déchets électriques et électroniques ont augmenté trois fois plus vite que celles des autres déchets municipaux. « À l'heure actuelle, chaque Européen produit en moyenne environ 14 kg de ce type de déchets par an. » Les deux directives prévues par l’institution demandent aux fabricants de concevoir et fabriquer leurs produits électriques et électroniques d'une manière facilitant leur démontage, leur réutilisation et leur recyclage, et de prendre à leur charge tous les coûts que cela occasionne, notamment les coûts de ramassage. Une fois ces systèmes en place, les consommateurs pourront rapporter ces produits gratuitement aux magasins et aux points de ramassage. Les États membres devront en outre ramasser au moins 4 kg de ce type de produits par habitant et par an chez les ménages. La directive relative à la limitation de l'utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques interdit à partir du 1er juillet 2006 certaines substances dangereuses telles que le plomb (effets sur le système cognitif) et le cadmium (qui altère le fonctionnement des reins). (Atelier groupe BNP Paribas – 20/08/2004)