Le conseil d'administration de Compaq, a remercié, Eckard Pfeiffer, et Earl Manson, le directeur financier. Benjamin Rosen, président du conseil d'administration assurera l'intérim en attendant la n...

Le conseil d'administration de Compaq, a remercié, Eckard Pfeiffer, et Earl Manson, le directeur financier. Benjamin Rosen, président du conseil d'administration assurera l'intérim en attendant la nomination d'un nouveau président. Deux membres du conseil d'administration, Franck Doyle, un ancien dirigeant de General Electric, et Robert Ted Enloe, spécialiste du monde de la finance, assureront la gestion quotidienne de la société. Cette annonce intervient quelques jours seulement après la publication des résultats trimestriels préliminaires de Compaq, très inférieurs aux prévisions des analystes, et la division par deux du bénéfice par action. Aussitôt, le titre avait perdu 22 %. Sans attendre la publication des chiffres définitifs devant intervenir demain, le conseil a sanctionné l'équipe sortante, déjà largement mise à mal ces derniers jours par les analystes. Eckard Pfeiffer avait succédé en 1991 à Rod Canion, le président fondateur de la société "démissionné" également après l'annonce des premières pertes trimestrielles de l'histoire de Compaq et de la suppression de 12 % de ses effectifs. Ayant porté la société au premier rang mondial de la micro-informatique devant IBM, Eckard Pfeiffer a été l'artisan de la transformation de Compaq en un acteur global de l'industrie informatique par le rachat notamment de Digital Equipment et de Tandem. Tout en reconnaissant que "le monde de l'informatique est en pleine turbulence" et que "les enjeux sont très complexes", Ben Rosen, estimait hier que Compaq avait "réellement besoin d'un changement à sa tête afin de conserver sa position de leader". Même s'il reconnaît une certaine lenteur dans l'exécution, il ne remet pas pour autant en cause la stratégie globale de la société. (les Echos - Le Figaro - Libération - La Tribune - 20/04/1999)