Microsoft dans Apple. Le département veut s'assurer que cet investissement ne contrevient pas aux lois antitrust, en réduisant la concurrence sur le marché du logiciel. Apple est le seul opposant si...

Microsoft dans Apple. Le département veut s'assurer que cet investissement ne contrevient pas aux lois antitrust, en réduisant la concurrence sur le marché du logiciel. Apple est le seul opposant significatif sur le marché des systèmes d'exploitation pour PC dominé par Microsoft. Ayant déjà une enquête en cours sur Microsoft et le marché des logiciels pour Internet, le département de la Justice pourrait bien s'intéresser à certains termes de l'accord qui conduisent notamment Apple à distribuer exclusivement sur ses machines le logiciel de navigation sur Internet, Explorer, de même que les accords de licences croisés et l'accès partagé aux brevets des deux firmes pourraient profiter très avantageusement à Microsoft. Apple, de son côté, est engagé, depuis un mois, dans une rude bataille avec ses cloneurs. Opposé à la stratégie de clonage, Steve Jobs fait trainer en longueur les négociations concernant la licence de son tout dernier système d'exploitation Mac OS 8. Il vient également de cesser de certifier, selon le "San Jose Mercury News", les nouveaux systèmes fondés sur la Common Hardware Platform, architecture commune aux Macintosh, qui permettrait aux cloneurs d'y apporter leurs propres innovations et de s'émanciper des modèles d'Apple. Hier, le PDG de Power Computing, Joel Kocher, l'un des principaux cloneurs d'Apple, en désaccord avec sa société sur la stratégie à mener pour négocier avec la firme à la pomme, a démissionné. (Les Echos - 21/08/1997)