Une étude paneuropéenne réalisée par le cabinet ACNielsen et commandée par Visa Europe démontre que la carte professionnelle recèle un fort potentiel de progression sur le marché français :...

Une étude paneuropéenne réalisée par le cabinet ACNielsen et commandée par Visa Europe démontre que la carte professionnelle recèle un fort potentiel de progression sur le marché français : seules 45 % des PME utilisent aujourd'hui des cartes de paiement pour régler leurs dépenses professionnelles.
C'est à la fois peu et beaucoup : en effet, la France est le marché le plus mature en Europe, devant le Royaume-Uni (41 % de taux d'équipement), l'Espagne (26 %) et l'Italie (14 %). Les PME françaises effectuent un total estimé à 267 milliards d'euros de dépenses professionnelles chaque année. Les principaux postes de paiement par carte sont le carburant (19,7 milliards d'euros), les fournitures de bureaux (7,7 milliards d'euros), la location de voitures (7 milliards d'euros) et les voyages d'affaires (6 milliards d'euros).
Des dépenses qui sont majoritairement payées par chèque : le montant des dépenses payées par chèque est de l'ordre de 133 milliards d'euros sur le marché des PME, contre 13 milliards d'euros pour la carte bancaire. Pourtant, les entreprises sont conscientes des avantages que l'on peut tirer d'un moyen de paiement comme la carte bancaire. Pour preuve, l'étude révèle que les entreprises reconnaissent trois avantages majeurs de la carte de paiement : la simplicité d'utilisation (à 73 %), la sécurité par rapport aux espèces (58 %) et la possibilité d'obtenir un relevé détaillé de ses dépenses (57 %).
Enfin, l'étude pointe du doigt divers facteurs qui pourraient encourager l'utilisation des cartes professionnelles chez les porteurs : il s'agit d'avantages financiers (réduction auprès de fournisseurs clés) et d'offres promotionnelles auprès des marchands sélectionnés.
(Atelier groupe BNP Paribas - 09/03/2005)