d’euros au 1er semestre 2000? Selon l’indicateur Digital Business, 146 jeunes pousses sont parvenues à lever plus de 1,5 millions de F au 1er semestre 2000. 63,4 % d’entre elles n’ont effectué auc...

d’euros au 1er semestre 2000? Selon l’indicateur Digital Business, 146 jeunes pousses sont parvenues à lever plus de 1,5 millions de F au 1er semestre 2000. 63,4 % d’entre elles n’ont effectué aucune nouvelle opération par la suite, qu’il s’agisse d’un nouveau placement privé, d’une fusion-acquisition ou d’une introduction en bourse. Malgré un investissement global de 36 millions d’euros, huit sont déjà en phase de cessation de leurs activités, du fait de procédures judiciaires lancées à leur encontre. Chacune de ces huit sociétés étaient à la recherche d’un montant moyen de 7,5 millions d’euros pour poursuivre leur activité. Parmi les 46 sociétés Internet, sur les 145 étudiées, ayant finalisé depuis une nouvelle levée de fonds, 28 seulement sont parvenues à attirer de nouveaux investisseurs. Les 18 autres ont dû se résoudre à un refinancement émanant de leurs actionnaires historiques pour des levées de fonds légèrement inférieures à celles déjà bouclées. Parmi les 145 sociétés étudiées, l’arrivée de nouveaux investisseurs dans le capital s’effectue en règle générale 7 à 10 mois après l’opération précédente. Les investisseurs historiques peuvent, en cas d’échec, assurer un refinancement à la société 9 à 12 mois après la première opération, faute de quoi, la procédure judiciaire est lancée 11 à 14 mois plus tard. Le cap des 12 mois est désormais franchie pour la quasi totalité des 84 sociétés n’ayant finalisé aucune nouvelle opération depuis le 1er semestre 2000. L’arrêt des activités d’un grand nombre de ces sociétés pourrait intervenir dans les mois à venir, en cas de désistement des actionnaires historiques. 19,3 % seulement des sociétés étudiées ont réussies à séduire de nouveaux investisseurs pour des opérations deux fois supérieures en moyenne à leur tour de table précédent. 39 % d’entre elles sont des prestataires Internet, avec dans plus de 90 % des cas, la présence de capital-risqueur dans leur actionnariat, et un tour de table bouclé au 1er semestre 2000 d’un montant moyen de 6,56 millions d’euros. Par ailleurs, cinq des 145 sociétés se sont faites racheter et deux se sont introduites en Bourse. Sur les cinq premiers mois de 2001, 144 sociétés Internet ont levé 439,7 millions d’euros, soit un montant en baisse de 41 % par rapport à la même période en 2000. Les tours d’amorçage et les premiers tours de table représentent 39,5 % des opérations en avril et mai 2001, contre plus de 90 % au 1er trimestre 2000. Ces opérations de démarrage ont porté sur les cinq premiers mois de l’année sur un montant moyen de 1,06 million d’euros, alors que le tour de table moyen en ce début d’année, toutes opérations confondues, s’élève à 3,4 millions d’euro Parmi les 472 levées de fonds attendues, recensées par l’indicateur Digital Business, 67,4 % portent sur des opérations d’amorçage ou des premiers tours de table, nécessaires au développement de l’activité. Ces sociétés recherchent 503,5 millions d’euros pour des opérations d’un montant moyen de 1,9 million d’euros. 1,18 milliard d’euros est attendu au total pour soutenir le développement de 459 sociétés Internet. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 22/06/2001)