L'analyse du fonctionnement d'une connexion WiFi est désormais possible via un procédé automatisé. Une épine du pied en moins pour les administrateurs chargés de la maintenance des réseaux sans-fil...

L'analyse du fonctionnement d'une connexion WiFi est désormais possible via un procédé automatisé. Une épine du pied en moins pour les administrateurs chargés de la maintenance des réseaux sans-fil.
 
Un ingénieux système d'analyse des problèmes de connexion WiFi est sorti des laboratoires de la School of engineering de l'université de San Diego UCSD. A travers cette innovation, les chercheurs ingénieurs américains impliqués dans ce projet ont résolu l'épineux problème qu'est le diagnostique d'une connexion sans fil. Une multitude de facteurs viennent en effet corser le travail d'identification des problèmes au premier rang desquels figurent l'interface entre réseau câblé et sans fil, le partage des spectres, la mobilité des usagers etc.
 
Détecter automatiquement les problèmes
 
Les chercheurs de San Diego sont donc parvenus à mettre au point une application permettant l'identification automatique des sources de perturbation du signal 802.11g. Celle-ci prend notamment en compte les délais de transfert des données, les dynamiques d'accès média et la gestion du temps de latence du réseau. "Nous avons créé un expert virtuel du sans fil travaillant continuellement", a indiqué Yu-Chung Cheng, étudiant en science informatique participant au projet.
 
La difficulté d'anticiper les perturbations
 
Ce système de détection des problèmes est en effet capable de fonctionner 24h/24. Il a d'ailleurs déjà été testé neuf mois durant dans les locaux de l'université de San Diego. La grande leçon que les chercheurs ont tiré de cette expérimentation est que la bonne performance du réseau dépend d'une multitude de facteurs qu'il n'est quasiment pas possible d'anticiper. Ils se montrent toutefois confiant dans l'avenir pour ce qui concerne la maintenance des réseaux sans fil. "Je pense que dans le futur, les entreprises auront leurs propres capacités de diagnostic et des moyens de réparer sophistiqués" a ajouté Stefan Savage, professeur d'informatique à l'UCSD. 
(Atelier groupe BNP Paribas - 05/09/2007)