Un distributeur de jeux vidéo en Chine est actuellement poursuivi par la famille d'un jeune adolescent de 13 ans qui se serait suicidé après avoir joué à l'un de leurs produits. Dans un pays où la...

Un distributeur de jeux vidéo en Chine est actuellement poursuivi par la famille d'un jeune adolescent de 13 ans qui se serait suicidé après avoir joué à l'un de leurs produits. Dans un pays où la politique anti-addiction au jeu vidéo chez les mineurs fait rage, le procès pourrait bien être retentissant.
La sinistre affaire remonte à 2004 : le jeune Zhang Xiaoyi se jette du toit d'un immeuble de 24 étages. Le garçon aurait laissé un message où il a écrit qu'il partait "rejoindre les héros qu'il aimait tant", allusion aux personnages du jeu Warcraft, auquel il venait jouer pendant 36 heures consécutives.
Les parents de Zhang Xiaoyi réclament la somme de 10 000 euros de dommages et intérêts au distributeur local du jeu, Aomeisoft. La famille du défunt demande aussi au distributeur chinois d'indiquer sur la boîte du jeu que ce dernier présente des risques sérieux pour les joueurs.
Les poursuites judicaires s'étaient dans un premier temps orientées sur l'éditeur et développeur américain du jeu, Blizzard Entertainment, une filiale de Vivendi. Mais, la Cour avait refusé d'examiner le cas en arguant que le jeu portait une mention "déconseillé au moins de 14 ans" aux Etats-Unis. Une indication qui aurait disparue sur la version chinoise, distribuée par Aomeisoft.
Selon nos confrères de 01.Net, le président d'Aomeisoft, Bai Jie, se défend en affirmant que sa société a été fondée plusieurs mois après la mort de l'adolescent. Bai Jie aurait ainsi déclaré qu'il ne savait même pas quelle compagnie distribuait le jeu en question avant la sienne.
Dans un pays qui affiche une méfiance connue pour les jeux vidéos et où le gouvernement s'est déjà illustré par des mesures très sévères envers tous les produits informatiques à caractère pornographique ou violent, c'est la première fois que des particuliers attaquent en justice un distributeur de jeux vidéo.
Mais, l'affaire pourrait faire des émules. Selon le rapport de l'Association chinoise des jeunes pour le développement d'Internet, qui dépend du puissant ministère de l'Industrie de l'information, 13,2 % des 16,5 millions de jeunes utilisateurs seraient désormais totalement accros. L'avocat de la famille Xiaoyi a déjà indiqué qu'il allait représenter les parents de 64 enfants dépendants aux jeux en ligne et à Internet.
Pendant ce temps, à l'autre bout du monde, le marché américain du jeu vidéo est plein essor , et Nintendo vient d'annoncer un prix de vente de 200 euros pour sa nouvelle console, la Wii .

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/05/2006)