Pour simplifier le travail sur les données proposées librement, une solution est de proposer un système de mémoire de chaque étape et la possibilité de combiner les différentes vues repérées.

Les données ouvertes ont besoin de leurs solutions de visualisation

Si les communes et des institutions sont de plus en plus nombreuses à donner accès à leurs données pour qu'elles soient accessibles ou réutilisées pour développer des services, il n'est pas toujours facile de les comprendre quand on y accède de façon brute. Ou même de les organiser à première vue. Dans ce but, le Centre de Recherche Public - Gabriel Lippmann a mis au point un modèle de visualisation et d’exploration visuelle des données permettant de naviguer plus aisément dans les fichiers et de réaliser des opérations de classement ou d'enregistrement par étapes. En fait, le système permet de stocker l'état actuel de ses recherches, appelé "point de vue". Puis de créer des "scénarios" combinant ces différents points de vue.

Visualisations interactives : entre points de vue et scénarios

Le "point de vue" est une liste de préférences et de valeurs émises lors du processus d’exploration à un moment précis. L'utilisateur peut le sauver et le charger quand bon lui semble via un menu consacré.  Charger un "point de vue",  s’apparente à l’ouverture d’une copie d'écran interactive. En effet, il fournit une image statique ou un signet et une reconstitution de l’environnement qui a permis de visualiser les données. Un "scénario" est une succession de "points de vue". Il garde les traces du processus d'exploration de données tout en prenant en compte son évolution temporelle. Il permet également de naviguer parmi les "points de vue" sans passer par chaque étape du processus initial. Il est une proposition de cheminement pour explorer les données. Grâce aux points de vue et aux scénarios l'utilisateur peut aisément stocker, partager et retrouver l’environnement dans lequel il était lorsqu’il a découvert l’information utile.

Comment cela fonctionne il ?

Pour mieux faire comprendre l'intérêt de disposer d'un tel outil, les chercheurs donnent l'exemple d'un journaliste qui travaille sur des données ouvertes et qui identifie deux idées à travers des graphiques. Afin de préparer un article, il souhaite partager une des deux idées avec ses collègues et désire obtenir l’avis d’une experte. Au lieu de leur envoyer par mail des captures d’écrans, l’idéal serait que grâce aux outils de visualisation il trouve un moyen de configurer ces données telles qu’elles lui ont permis d’identifier ces idées. L’experte restitue alors rapidement les idées et peux directement partir du graphique trouvé et choisi par le journaliste.