Pour réduire les coûts du système français de la santé, il faut utiliser les nouvelles technologies. C’est là le point de vue exprimé mardi par le ministre français de la Santé, M. Philippe...

Pour réduire les coûts du système français de la santé, il faut utiliser les nouvelles technologies. C’est là le point de vue exprimé mardi par le ministre français de la Santé, M. Philippe Douste-Blazy. Cette année, le déficit de l’assurance maladie devrait atteindre les 12,9 milliards d’euros. Pour réformer en profondeur le système de soins, le Ministère de la Santé a présenté divers axes de progrès.

Au nombre de ceux-ci, M. Douste-Blazy a évoqué le dossier médical partagé et la coordination des soins. Mettant en exergue la redondance de certains actes médicaux, le ministre a listé les avantages que présente le dossier médical électronique : suivi du cheminement du malade dans le système de soins, augmentation des échanges d’informations entre les professionnels de la médecine, et meilleur établissement des diagnostics.

« La technologie permet aujourd’hui la création de dossiers médicaux pour chaque français. L’ADSL permet des échanges rapides de données. Les capacités de stockage sont quasiment illimitées. »

Le dossier médical informatisé, déjà évoqué à plusieurs reprises par des ministères précédents, permettra aux professionnels de connaître instantanément les actes médicaux qui ont été pratiqués sur les patients, les traitements qui lui ont été administrés et ses antécédents.

Par ailleurs, Philippe Douste-Blazy a évoqué l’évolution de la carte vitale, qui doit être davantage sécurisée qu’elle ne l’est aujourd’hui. L’on estime en effet à 10 millions le nombre de cartes utilisées frauduleusement en France !

(Atelier groupe BNP Paribas - 06/05/2004)