Deux éditeurs américains de solutions numériques de protection contre la copie, Media Rights Technologies (MRT) et BlueBeat pourraient poursuivre en justice les célèbres Apple, Microsoft, Adobe et RealNetworks...

Deux éditeurs américains de solutions numériques de protection contre la copie, Media Rights Technologies (MRT) et BlueBeat pourraient poursuivre en justice les célèbres Apple, Microsoft, Adobe et RealNetworks. Pourquoi une telle action serait-elle engagée contre ces géants? Parce que ces deux sociétés les accusent de ne pas protéger suffisamment les contenus contre la copie et de violer sciemment le Digital Millenium Copyright Act (DMCA)...
 
Media Rights Technologies et BlueBeat rappellent que le DMCA "considère comme illégal et condamne le fait de fabriquer un produit ou une technologie qui serait destiné au contournement des mesures techniques de protection qui restreignent l'accès à un contenu protégé par le droit d'auteur".
 
Les deux sociétés reprochent ainsi aux quatre géants de l'informatique de ne pas contrôler l'enregistrement des flux radio Web que des lecteurs tels qu'iTunes, Windows Media Player, Real Player ou Flash Player permettent de lire.
 
Il faut également savoir que Media Rights Technologies et BlueBeat proposent, de leur côté, des systèmes de protection des fichiers audio qui empêchent la copie d'un flux radio pendant sa lecture. Et elles affirment que les lecteurs multimédias des groupes incriminés sont encore capables d'effectuer une copie d'un fichier en enregistrant le flux de données pendant la lecture.
 
Estimant que les solutions qu'elles proposent pourraient remédier à ce problème, Media Rights Technologies souligne que Microsoft, Apple, RealNetworks et Adobe ont pour obligation de faire appel à leurs services. "MRT affirme qu'Apple, Microsoft, Real et Adobe ont fabriqué des milliards de produits sans tenir compte du DMCA ou des droits d'auteurs en omettant soigneusement d'utiliser les technologies MRT", a indiqué l'éditeur dans un communiqué.
 
Media Rights Technologies et BlueBeat leur demandent ainsi de retirer de la vente les produits incriminés. Si ces sociétés ne le font pas, elles s'exposent à des amendes pouvant aller de 200 à 2 500 dollars pour chaque exemplaire de lecteur distribué.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 15/05/2007)