Il y a peu, les Directeurs des systèmes informatiques (DSI) semblaient en passe de disparaître, ou du moins leur autorité était-elle passablement contestée. Il semble qu’ils soient sur le point de ...

Il y a peu, les Directeurs des systèmes informatiques (DSI) semblaient en passe de disparaître, ou du moins leur autorité était-elle passablement contestée. Il semble qu’ils soient sur le point de faire leur retour en force, après avoir été écartés pour leur trop grande prudence ou leur pondération, dont on sait aujourd’hui qu’elle était probablement justifiée. Les caractéristiques techniques et les contraintes d’intégration de nouvelles applications dans les réseaux existants ayant été sous-estimés, les projets lancés à l’époque ont connu des réussites diverses.

L’enquête menée conjointement par SAP, le leader mondial dans l’édition de progiciels, et le cabinet de conseil Kearney Interractive auprès de 200 DSI français entre mai et juin 2003 démontre qu’ils se sentent largement plus écoutés : 49 % d’entre eux estiment que leur influence sur les orientations technologiques de leur société a augmenté. 82 % de ces décideurs pensent par ailleurs que les investissements en équipements informatiques constituent une véritable valeur ajoutée au sein de la stratégie de leur entreprise.

Le budget informatique, s’il reste stable ces derniers temps après des mois de baisse, est alloué à 70 % à la maintenance d’exploitation, que les DSI vont tenter d’optimiser au maximum pour dégager des ressources dédiées à l’achat et l’intégration de nouvelles applications. Cette recherche d’optimisation des coûts les conduit à externaliser certaines fonctions de la société.

(Atelier groupe BNP Paribas – 12/09/2003)