Si le web est communément considéré comme un accélérateur de croissance, il a besoin de cadres pour le demeurer. Des cadres qui se jouent à l'échelle mondiale.

e-G8 : une économie numérique dynamique a besoin d'un consensus international

Internet promeut l’entreprenariat et crée des opportunités professionnelles, mais redéfinit également les dynamiques économiques à une vitesse croissante. Voilà l'une des conclusions qui ont été apportées à la conférence consacrée au web et à la croissance économique, lors du forum e-G8. Pour répondre à cette problématique, il est nécessaire de mettre en place des régulateurs économiques et juridiques, et cela ne pourra se faire uniquement que par des consensus internationaux. "On a besoin de standards économiques pour rendre le marché plus fluide. Et tout relève de la capacité des autorités à les réguler et à se coordonner", estime Eric Brousseau professeur d’économie à l’université de Paris Ouest-Nanterre la Défense et membre de l’ISOC*.

Protéger la vie privée et sensibiliser les citoyens

Pour lui, la difficulté sera de trouver un équilibre quant aux différences culturelles numériques entre les régions : les européens font confiance en leurs Etats, alors qu'aux Etats-Unis, les acteurs ont davantage confiance dans les entreprises. Or, toute la question réside dans la sécurité des données récoltées par les organisations.Les institutions doivent donc favoriser les négociations pour la protection des données, afin de trouver au plus vite un consensus quant à l'élaboration de règles internationales. Le chercheur confirme, que : "Nous sommes dans la troisième phase de la révolution industrielle. Bien sûr Internet est au cœur de cette révolution, mais elle s’accompagne de nouveaux défis liés à la sécurité et à la protection de la vie privée".

Responsabiliser

Les individus doivent aussi être responsables en imposant leurs contraintes aux opérateurs. A ce titre, le chercheur cite l’émergence progressive des codes de déontologie. Il faut également prendre en compte les évolutions des comportements des citoyens, mais cela prendra du temps. "Nous sommes au centre du changement organisationnel des entreprises, des réseaux sociaux, des circuits de la vie civique. Il faudra cependant attendre encore une vingtaine d’année pour que cette révolution atteigne toutes les strates des générations",explique Eric Brousseau.

*Internet Society France