Voici une nouvelle étude qui devrait intéresser les sociétés qui communiquent à leurs clients des offres commerciales sollicitées par e-mail. Menée auprès de 1691 utilisateurs de courrier ...

Voici une nouvelle étude qui devrait intéresser les sociétés qui communiquent à leurs clients des offres commerciales sollicitées par e-mail. Menée auprès de 1691 utilisateurs de courrier électronique tout au long du mois d’août 2003, l’étude du cabinet américain Quris rapporte que 57 % des sondés ont déjà effectué un achat en ligne suite à la réception d’un e-mail commercial sollicité.

Il ne faut cependant pas conclure de ce pourcentage que les e-mails sollicités remportent nécessairement l’adhésion des internautes. Ceux-ci se montrent au contraire assez exigeants concernant le contenu des e-mail de publicité. Ainsi, 80 % disent avoir cessé de lire les informations publicitaires qu’ils avaient sollicitées à partir du moment où ils ont considéré que leur contenu n’était pas intéressant. 70 % avouent perdre l’intérêt qu’ils portent à ces e-mails si leur envoi est trop fréquent, 30 % s’ils soupçonnent la compagnie de transmettre leurs coordonnées à des partenaires commerciaux, et 34 % s’ils considèrent que les e-mails ne présentent pas d’intérêt substantiel pour eux.

Des chiffres qui devraient encourager les sociétés à la personnalisation des offres qu’ils transmettent par e-mail. 80 % des sociétés aux Etats-Unis envoient des e-mails informant de leurs nouveautés produits ou de promotions éventuelles, 70 % transmettent des publicités saisonnières, mais 33 % seulement personnalisent réellement leur offre en fonction des préférences de leur destinataire.

(Atelier groupe BNP Paribas – 04/11/2003)