A faire s'évanouir les opérateurs traditionnels ! En évoquant son pari Skype, le leader du commerce en ligne a expliqué qu'il ne comptait pas tirer ses bénéfices de services surtaxés pour...

A faire s'évanouir les opérateurs traditionnels ! En évoquant son pari Skype, le leader du commerce en ligne a expliqué qu'il ne comptait pas tirer ses bénéfices de services surtaxés pour l'utilisateur. Ebay mise sur les recettes de la publicité et des services facturés aux entreprises. D'ici cinq ou six ans, tous les appels Skype devraient être gratuits pour l'utilisateur.
"Le pourcentage de particuliers auxquels vous pouvez facturer les (services téléphoniques) va vraiment diminuer (...) et nous l'avons compris quand nous nous sommes intéressés à Skype", explique Meg Whitman, directrice générale d'eBay.
La première place de marché en ligne mise donc sur le "pay per call" qui est facturé aux entreprises lorsqu'un internaute clique pour les appeler. Elle mise aussi sur les bénéfices des recettes publicitaires pour faire fructifier cet investissement colossal qu'a été l'achat de Skype pour 2,6 milliards de dollars.
Des rumeurs courent en outre sur le lancement par Skype d'un téléphone Wifi. Ce téléphone permettrait de profiter des tarifs des communications de Skype dès que l'utilisateur est proche d'une borne Wifi. Cet usage serait à mettre en relation directe avec les projets d'équipement de villes entières de bornes Wifi comme San Francisco. En Europe, on se souvient aussi de l'initiative de Free Hotspot qui a annoncé fin septembre l'installation de bornes Wifi gratuites à travers l'Europe en commençant par Paris et Londres.
Sans être nécessairement convaincus de l'efficacité de sa stratégie, les analystes ne pourront plus en tous les cas reprocher à eBay son manque de perspective... A l'annonce de ses bons résultats cette semaine, les investisseurs avaient en effet condamné la valeur qui a perdu 7 % pour dénoncer le manque de pertinence de son acquisition. Ils ne pourront plus maintenant reprocher à eBay l'incohérence de son achat.

(Atelier groupe BNP Paribas- 21/10/2005)