A la suite de cette introduction, Jean-Louis Carvès, l’un des responsables du Centre d’Accessibilité Europe Moyen-Orient Afrique d’IBM, basé à Paris, a exposé la vision de l’accessibilité de ce leader mondial de l’informatique.

« Concernant les aspects réglementaires liés à l’accessibilité du Web, je soulignerai même l’urgence d’agir sur le sujet pour les sociétés présentes en ligne sur le marché britannique et du CommonWealth. En effet, à compter du mois d’octobre 2004, les sites privés et commerciaux non accessibles seront en dehors de loi britannique !… » a précisé Jean-Louis Carvès. En complément de certains chiffres donnés au départ, l’intervenant a relevé « qu’environ 20 % de la population mondiale en âge de travailler souffre d’une forme d’affection limitante ou d’un handicap » et « qu’à l’horizon 2030, la population mondiale âgée de plus de 65 ans passera de 420 millions à 975 millions d’individus ». D’où le risque important d’accroître le fossé numérique, « dans un monde où les services « guichet » sont progressivement remplacés par des services basés sur une interface écran avec une composante Web importante, et où les terminaux demandent de plus en plus de capacités à lire, entendre, comprendre, agir et interagir dans délais très courts… » poursuit Jean-Louis Carvès. « D’une histoire où IBM concevait des offres répondaient à certains besoins spécifiques des personnes handicapées – première imprimante Braille ou machine à écrire avec retour audio - nous sommes passées à la nécessité commerciale pour les entreprises de répondre à une véritable demande pour des fonctionnalités, autrefois "réservés" au monde du handicap (commande ou lecture vocale par exemple) et qui, de plus en plus, sont intégrés dans des produits ou services standards. La philanthropie a laissé place à l’exigence du marché » résume-t-il. « Pour une entreprise globale comme IBM, et parce que le Web est universel, il nous apparaît essentiel d’agir au niveau mondial en faveur de l’accessibilité et d’aider nos clients à intégrer cette composante dans leur stratégie ».

Où en sont les entreprises ? « Elles se positionnent par rapport aux standards internationaux et aux législations locales. D’où la nécessité d’agir en faveur d’une homogénéisation des règles d’accessibilité Web. C’est ce que nous faisons au sein de plus de 25 groupes de travail où nous sommes activement présents au niveau international, européen et local. Au-delà de l’adoption technique des standards d’accessibilité, les prochaines étapes sont : l’accroissement de la satisfaction des utilisateurs (utilisabilité, amélioration de l’expérience utilisateur), l’incorporation de l’accessibilité dans les processus de gestion de la relation client (clients, partenaires, employés) , adaptation de l’interface par l’utilisateur jusqu’au portail individuel (convergence numérique, nouveaux usages, rôles & services…) » explique Jean-Louis Carvès. « L’accessibilité d’un site Web doit tenir compte notamment de quatre critères : la navigation, les feuilles de styles, la structuration du contenu, et le design. A titre d’exemple, un outil spécifique [Accessibility Designer] développé par le département R&D du Centre d’Accessibilité IBM et qui offre une cartographie et une analyse des zones à améliorer dans une page Web. » souligne-t-il. « Nous possédons d’autres outils et des offres spécifiques pour répondre aux différentes problématiques d’accessibilité... ». « Dans un contexte où la multiplicité des services Web ne coïncide pas nécessairement avec l’exigence de niveau de service des internautes, où la qualité et la pertinence de l’information en ligne est essentielle, où la première impression est souvent déterminante, où le temps d’appropriation est crucial pour la fidélisation d’un internaute, l’accessibilité d’un site doit être pensée et mise en œuvre de manière exhaustive et globale y compris en terme d’architecture et d’infrastructure. »

En seconde partie de conférence, pour illustrer ce discours Jean-François Rebaud (IBM) a montré comment fonctionnait un navigateur Web multilingue à synthèse vocale [Home Page Reader] , puis un outil de personnalisation du contenu Web à l’usage des mal –voyants ou des personnes âgées. Produits l’un et l’autre développés par IBM.

Pour en savoir plus : www.ibm.com/able/europe/fr ou www.ibm.com/able