Si les employés sont le cœur d'une entreprise, comprendre leurs besoins en tant que consommateurs et utilisateurs de produits numériques devient une priorité. Et pour cela, il faut innover.

« L'employé doit désormais être regardé comme un utilisateur ». C'est ainsi que Claude Super, consultant en Social Business, décrit la nécessité pour les entreprises de revoir leur intégration des mécanismes propres au numérique, tels que l'usage des réseaux sociaux, pour l'adapter au salarié. C'est d'ailleurs pour cette raison que les organisateurs du Enterprise 2.0 Summit ont choisi de consacrer la première journée de l’événement à ce thème crucial. Pour l'occasion, Richard Collin, professeur de l'École de Management de Grenoble et directeur de l'Institut de l'Entreprise 2.0, nous a confié que, selon lui, « la solution à toute cette complexité est la complicité ». Entendons par là, le dialogue entre les entreprises et leurs employés, et entre les employés eux-mêmes. Ce dialogue doit nécessairement passer aujourd'hui par les réseaux sociaux internes, qui ont dépassé le stade d'adoption et doivent maintenant être innovés, et de nouvelles méthodes de travail comme les digital workplace.

De l'employé 2.0...

Concernant les réseaux sociaux d'abord : largement adoptés par les employés une fois chez eux, ceux-ci ne sont pas encore assez répandus au sein des sociétés. Et quand ils le sont, l'engouement n'y est pas obligatoirement. Alors certaines entreprises choisissent de s'adapter. C'est le cas par exemple d'EDF qui propose VivreEDFonline, une combinaison entre un intranet à la fois communautaire et collaboratif et un réseau social. Alors que la plupart des entreprises ont séparé les deux fonctions, EDF a choisi de les lier. La raison ? Les salariés étant habitués à l'intranet, ils se retrouvent dans un cadre favorable pour communiquer entre eux et reprennent les mécanismes liés à leur utilisation personnelle des réseaux sociauxn mais cette fois dans le cadre du travail. Pour Carine de Usatorre, Mission Marketing RH et Communication sociale, la combinaison des deux outils est « structurellement décloisonnant et permet davantage de proximité entre les gens. » D'ailleurs, cela fonctionne puisque, « 90 000 profils existent d'ores et déjà sur le réseau, et 130 communautés ont vu le jour ».

… vers l'entreprise 2.0

Mais le fait de considérer le salarié comme un utilisateur n'est pas nouveau. Ainsi, Claude Super rappelle l'intérêt de proposer aux salariés de travailler à distance. « Les employés sont de plus en plus nombreux à travailler hors de chez eux, ce qui les rend d'ailleurs plus efficaces » explique-t-il. Mais ce concept mériterait d'être amélioré puisque « tout le monde ne peut pas télétravailler, tous les profils ne sont pas compatibles. Il faut un accompagnement qui permet aux employés de gérer leur emploi du temps ». Donc, permettre aux employés de travailler différemment, et améliorer la communication au sein des sociétés pourraient porter leurs fruits. Et pour cela, la meilleure manière pour les entreprises d'appréhender les nouvelles technologies serait de faire preuve d'imagination. D'après Richard Collin « les entreprises doivent comprendre que le seul moyen de s'adapter est de sortir du cadre strict des processus. Il faut mettre de la conversation dans ces processus. »

Rédigé par Kathleen Comte
Journaliste