Selon une enquête menée par BEA Systems, spécialiste mondial des logiciels d’infrastructure applicative, 66 % des personnes interrogés prévoient d’utiliser les services web afin de résoudre ...

Selon une enquête menée par BEA Systems, spécialiste mondial des logiciels d’infrastructure applicative, 66 % des personnes interrogés prévoient d’utiliser les services web afin de résoudre des problématiques d’intégration, plutôt que d’autres technologies. Selon près de 50 % des professionnels consultés, décideurs et responsables informatiques issus de différentes sociétés françaises, le bénéfice majeur issu des services web résulte dans la possibilité d’intégrer rapidement des applications d’entreprises. Autre avantage capital associé à la mise en oeuvre de services web : la diminution du coût d’entrée des projets d’intégration (38 % des personnes interrogées). Selon l’étude, les standards propriétaires (38 %) et les coûts (32 %) sont considérés comme des freins au déploiement de telles technologies au sein des organisations. En termes de gestion, 40 % des personnes interrogées prévoient de consacrer jusqu’à un quart de leur budget informatique aux technologies d’intégration d’ici à la fin 2003. Près d’un professionnel sur cinq prévoit d’y imputer entre 25 et 50 % de leur budget total. 20 % seulement des personnes interrogées utilisent déjà ou procèdent actuellement à la mise en oeuvre de services web. 40 % des professionnels prévoient d’en mettre en oeuvre au cours de l’année qui vient. Pour 54 % des personnes interrogées, les services web apportent une réponse adaptée aux enjeux de l’intégration à tous les niveaux. L’étude démontre que 26 % des personnes interrogées ont déjà mis en oeuvre une infrastructure applicative : plate-forme J2EE unique composée d’un serveur d’applications, d’un portail, de systèmes de développement et d’intégration d’applications et de technologies de mise en oeuvre. 36 % considèrent ce type de technologie comme la solution permettant aux entreprises de concrétiser leurs projets d’intégration dans un proche avenir. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 07/10/2002)