Les pratiques de financement ont fortement évolué au cours des dernières années : les startups se financent plus souvent auprès des entreprises de capital-risque et lèvent des capitaux plus importants.

Les entreprises de capital-risque ont à nouveau la cote auprès des startups

Les entreprises de capital risque reviennent dans les grâces des startups, une tendance qui se reflète dans les pratiques de financement. Une étude publiée par Dorsey & Whitney, « The Pendulum Swings in Funding : New Generation of VCs Leads Startup CEOs Back to the Fold » (PDF) montre où les startups obtiennent leur financement, ainsi que les changements importants que cela représente par rapport à leur première étude, en 2010. Les personnes interrogées étaient des  CEO et des (co)fondateurs de startups de la San Francisco Bay Area, de la Silicon Valley et d'autres zones métropolitaines primordiales, appelées Métros alors que les autres zones, ou l'étranger, sont appelées Non-Métros. Les startups Métros ayant obtenu un financement d'entreprises de capital-risque ont augmenté de 17,1% en 2010 à 27,5% aujourd’hui.

Les startups préfèrent des levées de fonds moins fréquentes mais plus conséquentes

L'argent qui va vers les startups est en augmentation, avec des montants en hausse par rapport au dernier rapport. Les capitaux sont plus accessibles aux startups qu'ils ne l'étaient en 2010 : 36,3% des Métros et 33,9% des Non-Métros ont réalisé au moins une levée de fonds au cours de ces 12 derniers mois, par rapport à 28,8% en 2010. La tendance est à des levées de fonds moins fréquentes, pour de plus gros montants : les startups ayant levé de 1 à 5 millions de dollars US ont augmenté de 10,2% à 15,8% alors que la fréquence des levées plus réduites a diminué. En 2010, « seul 1% des startups a déclaré avoir levé 15 millions de dollars US ou plus au cours des 12 derniers mois, alors qu'aujourd'hui,  7,5% des Métros et 2,5 % des Non-Métros ont obtenu un financement de cet ordre. »

Des pratiques qui diffèrent selon les régions

Les pratiques régionales de financement dans l'utilisation des entreprises de capital-risque, des incubateurs, des « business angels » et des « super angels » diffèrent grandement. « Les Métros ont tendance à utiliser les incubateurs pour les premières levées de fonds, mais pas pour les suivantes, contrairement aux Non-Métros. » Sur l'ensemble des personnes interrogées, il y a eu moins de startups financées par un « business angel » (de 59% à 52,5%). Le financement par les « super angels » est moins populaire pour les Non-Métros. Par ailleurs, les Fonds les plus populaires auprès des CEO de Métros sont Andreessen Horowitz, Sequoia Capital et Kleiner Perkins Caufield Byers, alors que le top 2 des Non-Métros sont Sequoia Capital, et Google Ventures.