micro-ordinateurs. Selon la nouvelle étude du Sessi sur l’informatisation des entreprises françaises a paraître en fin de semaine, il ressort une diffusion massive des réseaux. Le Sessi indique...

micro-ordinateurs. Selon la nouvelle étude du Sessi sur l’informatisation des entreprises françaises a paraître en fin de semaine, il ressort une diffusion massive des réseaux. Le Sessi indique notamment “qu’alors que 32 % des entreprises de plus de 20 salariés disposaient d’un réseau de micro-ordinateurs en 1994, elles sont 63 % en 1997”. Toutefois, de fortes disparités apparaissent selon les différentes catégories de sociétés. Si la quasi totalité des PME-PMI de moins de 500 salariés disposent d’ordinateurs, un tiers d’entre elles n’ont toujours pas interconnecté leurs terminaux. 88 % des grandes entreprises en revanche fonctionnent en réseau. Dans 88 % des cas, cette architecture est couplée à un serveur central, ce qui permet à 80 % des entreprises de plus de 500 salariés de disposer d’un véritable réseau communicant. 45 % des entreprises interrogées réalisent des transferts de données au sein des services de gestion (achats, ventes, personnel, comptabilité …), 33 % entre ces services et les services de production. Selon les auteurs de l’étude, cette pratique “accompagne le mouvement d’adoption ou l’extension des normes de qualité, de dispositifs visant à une amélioration continue des processus de production, de système en “juste-à-temps””. Peu à peu, toute l’organisation des entreprises françaises tend vers le modèle de “l’entreprise virtuelle”. Selon l’étude, 17 % des entreprises échangent des données informatiques avec leurs clients, 15 % avec les pouvoirs publics, 14 % avec leurs sous-traitants et fournisseurs. L’approche d’Internet en revanche semble encore timide. Seules 28,2 % des entreprises déclarent se servir d’Internet que ce soit pour le courrier électronique ou à fin de consultation. Selon le secteur d’activité, les réponses varient: les secteurs les plus familiers avec Internet sont l’électronique (61,3 %), les industries pharmaceutiques (53,9 %), la construction navale et aéronautique (40,8 %) et l’édition (38,9 %). Dans l’industrie lourde et le secteur textile, la place d’Internet demeure marginale. 60 % des sociétés de plus de 2 000 salariés vont chercher de l’information sur Internet, 40 % pour la tranche des 500 à 2 000 salariés et seulement 15 % pour les petites entreprises. En revanche, les grands groupes de l’industrie et les PME se rejoignent sur l’utilisation d’Internet pour la diffusion d’information. Seules 13 % des entreprises françaises ont mis en place un site Web. (La Tribune 20/08/1998)