L'Union européenne a du mal à gagner des parts de marché dans le commerce mondial notamment à cause d'un retard important de l'investissement des sociétés dans les technologies.

Les entreprises européennes doivent investir rapidement dans le numérique

Si en France la part de l'économie numérique dans le PIB stagne ces dernières années autour de 5 %, elle atteint près de 7,5 % aux Etats-Unis et 7 % outre-Manche. Ces chiffres rappellent le décalage existant entre l'Europe continentale et les US ou le Royaume-Uni, estime le Centre d’observation économique et de Recherche pour l’Expansion de l’économie et le Développement des Entreprises (Coe-Rexecode) dans une étude. Ce que souligne l'institut, c'est que cela est notamment la conséquence d'une stratégie d'investissement différente et d'exportation.

L'Europe est en retard

La part des équipements numériques dans l'investissement total des entreprises est de l'ordre de 26 % outre-Atlantique alors qu'il y a dix points de différence avec la France. D'après l'étude, il semble que seule l'Allemagne soit assez compétitive pour préserver ses industries de matériels et d'équipements numériques face aux entreprises étrangères et notamment chinoises. Aujourd'hui, la Chine représente un tiers des exportations mondiales de matériels numériques alors même que ce chiffre n'était que de 7 % en 2000. En Allemagne le chiffre est de 6 % et en France de seulement 2 %.

Les entreprises américaines en tête  

L'ensemble des pays européens n'est pas assez innovant pour créer les conditions de la mise en place d'activités de services d'intermédiation qui ont, pour l'essentiel, émergé aux Etats-Unis, ajoute le rapport. En terme de budget de recherche par exemple, seules deux entreprises européennes, Siemens et Nokia, font parti du peloton de tête au niveau mondial. De plus sur les dix plus importantes entreprises qui produisent des logiciels, neuf sont aux Etats-Unis et seule SAP est européenne.