Si l'informatique dans les nuages présente des avantages avérés dont les sociétés ont conscience, le marché n'a pas atteint sa maturité. Susciter confiance et fixer des objectifs clairs stimuleront son adoption.

Les entreprises françaises plus à même d'adopter le cloud

Selon une étude d’Informatica Corporation*, une grosse majorité des entreprises françaises (94 %) considère que l’adoption du cloud computing  est un facteur clé de la réussite de leurs activités. En effet, parmi les 1500 organisations sondées sur le territoire français, 83 % prévoient des investissements importants dans les solutions hébergées dans les nuages et pointent du doigt le choix d’une technologie solide et durable. Leurs motivations ? Près de huit entreprises sur dix estiment que le cloud leur permet d’être plus compétitives. Autre atout du cloud, la réduction du coût pour les trois quart des entreprises, la possibilité de renforcer les capacités métier (65%) et enfin de favoriser l’émergence de services créatifs au sein d’un groupe (69%).

Faire naitre la confiance...

A en croire l’étude, si l'informatique dans les nuages attire de plus en plus de compagnies, le marché de ces solutions n’a pas atteint sa maturité. Et pour cause, les futurs acquéreurs des solutions hébergées ne sont pas tous en mesure d’évaluer les dépenses liées (40%). Et le cabinet de pointer du doigt le fait que les fournisseurs de ces technologies doivent développer la confiance des cadres dans ces solutions. Ceci afin que ces derniers puissent investir dans le cloud avec plus de confiance, et construire des stratégies de développement à long terme. 71 % des sociétés interrogées estiment ainsi que ce sentiment de confiance est une priorité au cours du choix d’investissement dans une nouvelle technologie.

...Et des politiques d’intégration claires

Par ailleurs, "les organisations publiques et privées doivent prendre des mesures et définir des stratégies claires sur la manière dont ces technologies vont s’insérer dans leur environnement et influencer leurs dépenses informatiques", estime Didier Guyomarc’h, directeur général France et VP Sales Europe du sud d'Informatica. En somme, l’adoption du cloud sera plus grande lorsqu’en plus de la confiance suscitée dans ces technologies qui peuvent prendre la forme d’un modèle hybride et adapté à l’entreprise, "des politiques d’intégrations claires seront mises en place" affirme Didier Guyomac’h.

*Entreprise qui offre des solutions d’intégration de données