L'augmentation des flux et des supports d'informations peut poser problème aux salariés dans leur gestion du temps et des priorités. Filtrer, déléguer et trouver le temps de synthétiser deviennent pour eux des impératifs.

L'utilisation massive de l'informatique et d'Internet favorise l'immersion dans des environnements de travail multi-tâches. Or le problème, estiment des analystes de McKinsey, c'est que ces derniers fragmentent l’attention et nuisent, à terme, à la productivité des professionnels. Selon les conclusions des consultants, la logique multitâche qui se développe de plus en plus au sein des entreprises rend en fin de compte les cadres moins créatifs, et moins à même de prendre de bonnes décisions. "Les équipes dirigeantes ont besoin d’avoir de périodes où rien ne vient les interrompre", notent les auteurs du rapport. "Cela pour synthétiser l’information qui provient de plusieurs sources, en comprendre les implications pour l’entreprise, développer leur jugement, et effectuer les bonnes décisions", ajoutent-ils.

La gestion de l’information

Selon eux, gérer les nombreux flux d’information est devenu une tâche à part entière, qui impose de savoir s’organiser. Or, justement, trouver le temps de faire le point, et de filtrer les données en fonction de leur importance, n’est pas toujours chose aisée. Dans le détail, les analystes soulignent d’abord que la gestion de tâches en parallèle prend plus de temps (jusqu’à 30 %), par rapport à une résolution des problèmes les uns après les autres. Ensuite, c’est la créativité qui diminue avec la multiplication des problèmes à résoudre simultanément. Surtout, pour une large majorité de personnes, le rythme associé à ces nouvelles pratiques renforce le sentiment d’anxiété et d’aliénation dans le milieu professionnel.

Un temps de concentration

"La plupart des cadres que nous avons interrogé ont affirmé se réserver un temps pour eux, au cours de la journée", expliquent les analystes. En arrivant plus tôt à leur bureau, ou en trouvant un moment au milieu de la journée, par exemple. Pour les consultants, la question du filtrage est surtout cruciale. "Une bonne stratégie de filtrage est essentielle. Cela commence par reconnaître que l’image des dirigeants au courant de tout ce qui se passe ne peut correspondre à la réalité", indiquent-ils. La solution consiste donc à déléguer, en fonction des domaines d’activité, les tâches à effectuer. Enfin, une capacité d’oubli est nécessaire, avant de se lancer sur un nouveau projet.