L'utilisation inappropriée d'Internet, de sa messagerie électronique et globalement de son temps de travail est un sérieux motif de licenciement aux Etats-Unis. L'American Management Association...

L'utilisation inappropriée d'Internet, de sa messagerie électronique et globalement de son temps de travail est un sérieux motif de licenciement aux Etats-Unis. L'American Management Association vient de publier un rapport intitulé "Electronic Monitoring & Surveillance Survey". Selon celui-ci, il apparaît que 26 % des entreprises américaines ont déjà renvoyé des salariés à cause d'un usage inapproprié d'Internet. 25 % supplémentaires ont pris des mesures de licenciement similaire pour
abus de leur messagerie Internet et 6 % pour une utilisation exagérée du téléphone professionnel.

76 % des entreprises américaines surveillent les connexions Internet de leurs employés : 36 % traquent les contenus, vérifient les mots et adresses tapées par les utilisateurs et compilent le temps passé sur la Toile. 50 % stockent et vérifient les fichiers sur les ordinateurs des employés. Pour éviter les problèmes, 65 % utilisent des programmes pour bloquer l'accès à certains sites. Concernant la messagerie électronique, 55 % consultent les emails des employés !

Ceci dit, les entreprises qui ont recours à cette surveillance ne sont pas traîtres envers leurs employés puisqu'elles les informent au préalable des contrôles qui peuvent avoir lieu à tout moment sur leurs machines. 89 % les informent du tracking des contenus visités sur Internet. 82 % leur font savoir qu'elles ont un droit de regard sur leurs fichiers, et enfin 86 % les prévient de contrôles sur leurs messageries électroniques.

En ce qui concerne l'usage des téléphones fixes, portables, équipés d'un appareil photo... 57 % des employeurs bloquent l'accès à plus de 900 numéros non autorisés. Les entreprises surveillent aussi de plus en plus le temps passé par leurs salariés au téléphone : leur proportion est passée de 9 % en 2001 à 51 % en 2004 ! Pire : dans certains secteurs, 19 % enregistrent les conversations téléphoniques des employés !

(Atelier groupe BNP Paribas - 20/05/2005)