Dans un marché dérèglementé, comment connaître la réelle capacité de production d’un fournisseur d’électricité et comment celle-ci sera-elle amenée à changer avec l’émergence des smart grids?

Etats-Unis : le marché de l’électricité, enfin dompté ?

Ces 10 dernières années, le marché de l’électricité aux Etats-Unis s’est progressivement dérèglementé :les prix sont aujourd’hui régis par l’offre et de la demande et non plus fixés par les états fédéraux. Ce mouvement a un double objectif : stimuler l’innovation et réduire le coût de production. Néanmoins, la structure oligarchique de ce marché a provoqué des effets de biais. La crise énergétique qu’a connu la Californie en 2000 en est une illustration.  Les grands fournisseurs d’électricité de la région ont mis leurs centrales en maintenance lors des heures de pointe  dans l’objectif de faire augmenter le prix d’électricité. Au final, la surconsommation des habitants par rapport aux capacité de production engagées a atteint une valeur de 5, 5 milliards de dollars. Dans ce contexte, il est donc très difficile de mesurer le pouvoir de marché, c’est à dire la capacité  des fournisseurs d’électricité à modifier les prix de l’énergie. Récemment, des chercheurs à l’Université de Californie  ont inventé une nouvelle approche pour mesurer le pouvoir de marché à long terme, en unifiant trois indices classiques.

Une vue unifiée des indices existants

Intitulé « le flux du réseau en transmission réduite » (TCNF, pour Transmission Constrained Network Flow),  cet outil de mesure prend en compte trois grandes catégories d’évaluation traditionnelles : l’offre résiduelle, le débit du réseau et la production minimale. Cette méthode est fondamentalement différente de celles déjà existantes puisqu’elle permet de savoir le pouvoir de marché dans les différentes conditions d’exploitation et non pas seulement dans un état de fonctionnement normal. « Notre outil donne une vue unifiée de cet ensemble de mesures diverses et variées et il comporte par ailleurs un volet du smart grid » précise Hamed Mohsenian-Rad, un des chercheurs à l’origine de ce projet.

Que changera le smart grid dans tout cela ?

En effet, la méthode TCNF incorpore les concepts du smart grid, système automatisé qui utilise des données en temps réel pour produire, distribuer et consommer plus efficacement et durablement de l’électricité.  En conséquence, le nouvel outil peut appréhender le changement du pouvoir de marché si par exemple, le smart grid est ajouté à plusieurs endroits différents. « Puisqu’on s’oriente dans les années à venir dans la direction du smart grid, un outil comme celui-ci est essentiel pour quantifier l’impact de l’installation de réseaux intelligents  sur la capacité des fournisseurs d’électricité à manipuler les prix dans un marché dérèglementé.  » conclut-il.  

 
Rédigé par Ruolin Yang
Journaliste