Avec l'augmentation des possibilités de comparaison de produits sur internet, on pourrait penser que les articles les moins recherchés par les consommateurs seraient les moins achetés. Pas exactement.

Les produits les moins comparés sur Internet, les plus achetés ? C'est ce que souligne une étude récente du cabinet d'audit Ernst & Young. Un fait qui souligne l'usage de plus en plus double fait du canal web pour le commerce : soit comme un outil de renseignement, soit de vente rapide. L'on retrouve en priorité dans ce classement des produits de grande consommation, ce qui fait écho à un autre résultat de cette étude qui indique que les sites de e-commerce sont seulement le troisième canal le plus utilisé pour acheter ceux-ci, après les supermarchés et les grandes surfaces.

Produits d'hygiène et alimentation

Ainsi, dans le classement des produits les moins comparés mais les plus achetés, on retrouve en première place les produits d'hygiène pour les nourrissons, avec seulement 16% d'individus les recherchant et près de 80% de taux de conversion. A la seconde place, on retrouve un autre type de produits d'hygiène corporelle, mais cette fois, ceux-ci s'appliquent aux hommes, à hauteur de 13% concernant la recherche et 76% de taux de conversion. Viennent ensuite les produits alimentaires, avec 15% de recherche et près de 76% de conversion et les équipements de sport et de fitness qui sont recherchés également par seulement 15% des personnes interrogés, mais achetés ensuite à hauteur de 52%.

Le matériel électronique à valeur égale

Cette remarque concernant la conversion des produits les moins recherchés ne s'appliquent toutefois pas au domaine de l'électronique. En effet, si un consommateur sur deux compare ce type de produits sur internet, ils sont près de 67% à transformer cette recherche en achat. Soit, au passage, 20% de plus qu'en 2009. Par ailleurs, cette consommation paraît assez intensive puisque 45% des individus interrogés lors de l'étude expliquent acheter de tels produits sur des sites de commerce électronique au moins 2 à 3 fois par an.