« La voix sur IP ne sera assujettie à aucune régulation gouvernementale ». Telle est la décision qu'a finalement prise la Federal Communciations Commission (FCC), l'autorité de régulation du...

« La voix sur IP ne sera assujettie à aucune régulation gouvernementale ». Telle est la décision qu’a finalement prise la Federal Communciations Commission (FCC), l’autorité de régulation du marché des télécoms aux Etats-Unis. La voix sur IP, c’est à dire la transmission de données voix par Internet grâce au protocole IP, ne sera donc pas surtaxée. Une décision qui a réjoui les fournisseurs de téléphonie par Internet, promis à un bel avenir.

Comparant la voix sur IP au peer-to-peer ou à la messagerie électronique, la FCC a précisé qu’il n’existait pas de raison à l’assujettissement des internautes et d’Internet aux règles qui régissent le réseau national traditionnel. En outre, la FCC a insisté sur les avantages de la voix sur IP, en comparaison avec le réseau national traditionnel utilisé depuis une centaine d’années : le service est moins coûteux, il offre des services plus innovants, accroît la productivité des entreprises, etc.

Michael Powell, président de la FCC, a estimé que la régulation empêcherait la libre compétition, même entre les fournisseurs de services de télécommunications classiques. Toutefois, des règles devraient être instituées concernant l’écoute des services de police chargés de l’application de la loi, le service d’urgence 911, l’utilisation hors des frontières américaines, etc.

Le vote de la FCC et sa décision de ne pas réglementer la VoIP pourraient avoir « un effet boule de neige à travers le monde », selon l’analyse du PDG de Pulver.com, un site Internet américain offrant des services de voix sur IP.

(Atelier groupe BNP Paribas – 16/02/2004)