Dans la ville de Blacksburg, pionnière en matière de nouvelles technologies il y a quinze ans, la géolocalisation engendre des rapports en face à face. Un signe annonciateur pour le reste du pays ?

Aux Etats-Unis, les services géolocalisés s'ancrent dans le réel

 

Les services géolocalisés ont toutes les chances de renforcer les relations réelles entre les individus, constate dans une étude OgilvyOne. La New-yorkaise s’est intéressée à la ville de Blacksburg, en Virginie, dont la population était pionnière au moment de l’émergence du web. "Il y a quinze ans, alors que moins de 8 % de la population américaine était connectée à la Toile, plus de 60 % des habitants de cette ville avaient déjà accès à Internet", notent les chercheurs. En interrogeant les individus résidant dans cette ville, les analystes entendent ainsi anticiper l’évolution de l’Internet et de ses usages. Résultat : ils nuancent les études qui mettent en avant l’effritement des relations physiques parallèlement au renforcement des liens sur les communautés virtuelles.

Le renforcement des rapports bien réels

"Plutôt que d’utiliser les médias sociaux et le mobile pour créer une ‘communauté virtuelle’, les habitants de Blacksburg se servent de ces outils pour générer des relations réelles, en face à face", explique Phil Buelher, responsable de l’étude. Et de préciser : "ils se connectent à leurs amis, dans les restaurants, les magasins, les cinémas, et même lorsqu’ils se rendent à la piscine locale". Mais pour être massivement adoptés, les services de géolocalisation doivent remplir plusieurs conditions. En premier lieu, la confiance doit être renforcée dans les réseaux sociaux.

Des conditions pour une adoption massive

Et les marketeurs ont tout intérêt à être transparents, en engageant de vraies relations, et en évitant un ton trop "institutionnel". Ils doivent également proposer des contenus pertinents, et riches. En s'interdisant à tout prix les pratiques passées, comme le spam. Enfin, pour que les technologies géo-sociales se développent, il faut miser sur deux facteurs : l’adoption de ces outils par les leaders d'opinion, et la tendance du grand public à se précipiter sur des solutions qui ont toutes les chances de susciter l’adhésion. Selon l’étude, les habitants de Blacksburg intègrent d’autant plus vite ces usages innovants qu’ils craignent autrement de rester à la marge.