La croissance du marché des télécommunications se poursuit à un rythme soutenu dans la région Asie-Pacifique. Ainsi que l'indique le rapport Indicateurs 2004 des télécommunications pour la région...

La croissance du marché des télécommunications se poursuit à un rythme soutenu dans la région Asie-Pacifique. Ainsi que l'indique le rapport Indicateurs 2004 des télécommunications pour la région Asie-Pacifique, publié par l'Union Internationale des Télécommunications (UIT ), les taux de croissance des lignes fixes, du nombre d'abonnés au mobile et de celui des internautes ont grimpé en flèche ces dernières années dans plusieurs pays de la région.
Ainsi, entre 2000 et 2003, le nombre d'abonnés au mobile a augmenté de 31% par an pour s'établir à 560 millions , ce qui fait de la région le plus vaste marché du monde, avant l'Amérique du Nord. Au cours de la même période, le nombre de lignes fixes a augmenté de 14% alors que cette augmentation ne dépasse pas 10% dans la plupart des autres régions.
Le nombre d'internautes en Asie-Pacifique a progressé de 38 % par an entre 2000 et 2003. A la fin de cette période, ils étaient 255 millions, soit un chiffre supérieur à celui de l'Amérique du Nord, où leur nombre a progressé de 18 % pour s'établir à 227 millions fin 2003. Par comparaison, l'augmentation pour les pays d'Europe et de la CEI, qui comptaient 191 millions d'internautes en 2003, a été de 20 % pour la même période.
D'autre part, plusieurs pays de la région ont mis en oeuvre des services IMT-2000* de la prochaine génération, le Japon et la République de Corée arrivant en tête dans ce secteur. Le Japon a d'ailleurs le taux le plus élevé au monde d'utilisateurs de l'Internet mobile.
Les marchés du large bande ont enregistré une croissance exceptionnelle puisque, selon le rapport cité plus haut, fin 2003, quatre des dix principaux pays utilisateurs du large bande étaient des pays de la région Asie-Pacifique. La République de Corée et Hong Kong, où les taux de pénétration du large bande atteignent respectivement 23,3 % et 18 %, arrivent en tête du classement mondial, suivis de près par Taiwan, la Chine (13,4 %) et le Japon (11,7 %). Singapour se classe en 11ème position avec un taux de 10,1 %.
Selon l'UIT, plusieurs facteurs expliquent la croissance du large bande : un contexte réglementaire favorable, l'apparition d'équipementiers régionaux et l'évolution de la démographie urbaine.
Comme le souligne Eric Nelson, consultant et principal auteur du rapport Indicateurs des télécommunications pour la région Asie-Pacifique , "Les pouvoirs publics (…) ont stimulé le développement de solides réseaux fédérateurs nationaux, ont créé des conditions propices à la concurrence, ont coopéré étroitement avec le secteur privé, ont accordé des subventions et ont pris d'autres mesures visant à étendre la desserte aux zones rurales et à de nouveaux groupes d'utilisateurs".
La région espère beaucoup des nouvelles technologies hertziennes en cours d'élaboration, qui pourraient contribuer à mettre les TIC à la portée de zones rurales ou isolées non encore desservies. Les réseaux WiFi, mais aussi « les toutes nouvelles technologies hertziennes telles que iBurst ou WiMax, pourraient assurer un accès large bande à très haut débit et desservir un grand nombre de villages et de villes, et même plusieurs îles du Pacifique ».
[Commander l'étude complète sur www.uit.org ]
  * International Mobile Telecommunications : norme universelle, définie par l'UIT, pour la téléphonie mobile de troisième génération
  (Atelier groupe BNP Paribas – 08/09/2004)