L’institut de sondage Carré Latin a réalisé en novembre, auprès de 600 personnes, pour FullSIX Research une étude sur la perception et la pratique des études en ligne. 57 % des internautes et 25 ...

L’institut de sondage Carré Latin a réalisé en novembre, auprès de 600 personnes, pour FullSIX Research une étude sur la perception et la pratique des études en ligne. 57 % des internautes et 25 % des Français en général reconnaissent Internet comme un vecteur de recueil (46 % des moins de 35 ans, 54 % des cadres supérieurs). Pour les Français, ce nouveau vecteur de recueil possède de nombreux avantages: praticité, rapidité, souplesse, modernité, offrant la liberté de répondre et du moment de réponse, proposant des sujets intéressants. 19 % des internautes citent spontanément Internet comme vecteur d’enquête (18 % des moins de 35 ans). 69 % ont une perception positive des enquêtes en ligne. 66 % (73 % des moins de 35 ans) expriment une forte intention de participer à des enquêtes en ligne, motivée essentiellement par l’intérêt des sujets abordés (85 %). 79 % des personnes ayant déjà vu une enquête en ligne expriment l’intention de participer à ce genre d’enquêtes. 80 % des internautes ayant déjà répondu à une enquête en ligne émettent des commentaires positifs. Internet est le vecteur le plus apprécié par ses répondants. 93 % ont (tout à fait ou assez) aimé répondre en ligne, contre 84 % par courrier ou à domicile, 79 % par téléphone, 77 % dans la rue. Pour 68 %, Internet est le vecteur incitant le plus à répondre avec sincérité. Internet est le vecteur de recueil préféré des internautes répondants. En conclusion, 84 % des internautes ayant déjà répondu sont prêts à répondre à d’autres enquêtes en ligne. 49 % des internautes (84 % des internautes ayant déjà répondu à une enquête en ligne) considèrent qu’Internet est le vecteur de recueil le plus pratique pour répondre. 62 % des français (74 % des internautes) considèrent que les études par Internet vont se développer de façon importante. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 12/01/2001)