Un chercheur américain, directeur du département Communication de l’université de l’Illinois à Chicago, vient de publier une étude sur le comportement des étudiants vis-à-vis des jeux vidéos. ...

Un chercheur américain, directeur du département Communication de l’université de l’Illinois à Chicago, vient de publier une étude sur le comportement des étudiants vis-à-vis des jeux vidéos. Steve Jones a interrogé pendant huit mois 1 162 étudiants issus de 27 universités des Etats-Unis et a tiré des conclusions intéressantes, et relativement surprenantes.

On apprend ainsi que les jeux vidéos, loin de couper les jeunes de leurs camarades, les rapprocheraient plutôt. C’est l’avis de 51 % des garçons interrogés, mais également celui de 34 % des filles. Les motivations de ces jeunes joueurs sont cependant différentes : si, pour 45 % des jeunes hommes, le plaisir est la première raison qui les pousse à jouer, c’est l’ennui qui prédomine chez les jeunes femmes, à 33 %.

Sur 65 % de jeunes qui jouent régulièrement aux jeux vidéos, la moitié ont déclaré que cette pratique empiétait un peu, voire beaucoup sur leur temps de travail scolaire. Pour Steve Jones, rien de grave dans cet aveu, puisqu’il a constaté que les habitudes de travail de ces adeptes du jeu vidéo étaient sensiblement les mêmes que celles des étudiants pris dans leur ensemble.

Les filles, que l’on croyait peu intéressée par les jeux vidéos, divertissement estampillé depuis toujours masculin, sont en fait de plus grandes consommatrices de jeux sur ordinateurs ou de jeux en ligne, à 60 % contre 40 % pour les garçons. Elles sont de plus autant que les jeunes hommes à jouer sur les différentes consoles de jeux vidéos en circulation.

(Atelier groupe BNP Paribas – 08/07/2003)