La mise en place d'un attirail 2.0 renforcera une culture du partage au sein de la communauté scientifique européenne. En développant l'écosystème high-tech et en transformant les processus de publication.

Pour favoriser en Europe l’émergence d’une culture scientifique fondée sur la transmission du savoir et développer par là même l’écosystème high-tech, il faut considérer toute la chaîne, en partant de la stimulation de l’innovation jusqu’à la publication des ouvrages de référence. Voilà le point central de l’initiative soutenue par l’institut technologique de Zurich, et baptisée "visioneer". L’objectif des chercheurs est d’encourager la mise en place d’un processus global - un "accélérateur" - permettant d’établir de nouvelles règles au sein de la communauté scientifique. Il faut, selon les responsables du projet, développer des outils plus interactifs pour créer une dynamique de recherche et de partage des ressources. Un système d’archivage plus intelligent pourrait ordonner les travaux des scientifiques européens dans le secteur des nouvelles technologies, en intégrant un dispositif interactif, donnant aux scientifiques la possibilité de voter, par exemple.

Un portail collaboratif à l’échelle européenne

L’ensemble des documents pourrait par ailleurs être accessible sur un portail en ligne, ce qui favoriserait la discussion scientifique. D’autres outils - allant du simple calendrier au gestionnaire des ressources, en passant par un système de recommandation, ou encore un module de réseautage social -, méritent aussi, selon les responsables, d’être implantés. De même, la mise en place de modules de conférence virtuelle permettrait d’organiser des Web séminaires plus régulièrement. Autre chose encore : des outils de crowdsourcing pourraient, selon les auteurs du rapport, doper l’innovation technologique. Un "tableau de bord public" où les travaux suivis par différentes équipes sur tel ou tel sujet seront affichés aurait l’avantage de stimuler la collaboration et éviterait que plusieurs chercheurs ne travaillent sur le même sujet sans le savoir.

Modifier en profondeur la culture de partage

La transparence est ainsi essentielle, et les outils existent d’ores et déjà, selon les chercheurs. Mais il est nécessaire de changer l’approche actuelle, où la plupart des scientifiques sont contraints aux résultats dans leurs recherches. Et ne sont pas encouragés à reconnaître leurs erreurs, ou à admettre que telle expérience n’a pas porté pas ses fruits. "Des générations d’étudiants et de doctorants sont gâchées parce qu’elles empruntent des voies de recherche qui s’avèrent sans issue", soulignent les auteurs de l’étude. La mise en place de plates-formes collaboratives dédiées à la communauté scientifiques pourrait du coup accélérer le processus d’innovation, concluent-t-ils.

Rédigé par Basile Segalen