L'Europe connaît un mouvement global d'augmentation de sa main d'oeuvre hautement qualifiée en sciences et technologies, indique Eurostat. Cependant, des disparités subsistent...

L'Europe connaît un mouvement global d'augmentation de sa main d'oeuvre hautement qualifiée en sciences et technologies, indique Eurostat. Cependant, des disparités subsistent.   
 
Bonne nouvelle pour l'innovation, l'emploi hautement qualifié en sciences et technologies a connu une forte croissance sur l'ensemble de l'Union Européenne, d'après un rapport publié par Eurostat. Cette acception, qui comprend la catégorie de travailleurs diplômés de l'enseignement du troisième degré, et exerçant une activité dans les professions intellectuelles et scientifiques ou les professions intermédiaires, aurait compter 34 millions de personnes en 2006.
Si un mouvement global de hausse a marqué la zone, des disparités subsistent entre les pays.
 
Des petits pays à la main d'œuvre très qualifiée
 
Les proportions de ces travailleurs des sciences et techniques (RHST) rapportées aux populations actives nationales, varient en effet de 10 à 25% en Europe. Le Luxembourg et le Danemark se classent premiers avec un peu plus de 24% chacun. Sur le front des débuts de carrière, la Pologne et Malte enregistrent les plus fortes proportions de 25-34 ans avec plus de 40% des RHST appartenant à cette catégorie d'âge. Si la Norvège et la Suède sont en berne, la France se situe pour sa part dans la moyenne haute avec 35%. Les récents pays de l'UE que sont la Lettonie, la Hongrie et la république Tchèque ont quant à eux démontré un certain dynamisme avec des taux de croissance de plus de 3,5% entre 2001 et 2006 pour cette même catégorie.
 
Vieillissement enregistré en Allemagne
 
De ce point de vue, l'Allemagne ferait figure d'exception. Si le pays emploi le plus de ces travailleurs hautement qualifiés (plus de 6 millions), il subit le vieillissement de cette population, accusant une baisse de 2,6% des 25-34 ans sur la période. L'analyse par sexe démontre également que le niveau d'emploi des femmes, tant dans l'industrie manufacturière - 83% de la main d'œuvre y est masculine - que dans les services, est plus faible que la moyenne européenne outre-Rhin. Par domaine d'activité, on note qu'un quart des RHST issus des pays de l'UE oeuvraient dans le secteur de l'éducation en 2006. On note toutefois une perte de vitesse de ce domaine par rapport à l'ensemble des autres secteurs d'activité.

(cliquez pour agrandir)
(Atelier groupe BNP Paribas - 30/08/2007)