Selon les publications de Global Mobile sur lesquelles l’ART apporte des précisions relatives au marché français, 953 781 799 personnes dans le monde possédaient un téléphone mobile fin décembre ...

Selon les publications de Global Mobile sur lesquelles l’ART apporte des précisions relatives au marché français, 953 781 799 personnes dans le monde possédaient un téléphone mobile fin décembre 2001. Entre décembre 2000 et 2001, le nombre d’abonnés mobiles n’a crû que de 29,6 %, alors que la croissance était de 53 % en moyenne par an entre 1998 et 2000. Fin décembre 2001, l’Europe de l’Ouest comptait 286,8 millions de possesseurs de mobiles, soit une croissance de 16 % par rapport à la fin 2000, contre une croissance l’année précédente de 59 %. L’Europe de l’Est totalisait 49,8 millions d’abonnés mobiles (+ 78 %, contre 89 % l’année précédente). L’Amérique du Sud comptabilisait près de 87,1 millions de possesseurs de mobiles fin 2001 (+ 38 %, contre 55 %). L’Amérique du Nord comptait 138 millions environ de possesseurs de mobiles fin 2001 (+ 18 %, contre + 28 %). L’Asie-Pacifique totalisait près de 329 millions de possesseurs de mobiles fin 2001 (+ 39 %, contre + 52 %). L’Afrique comptait 27 millions de possesseurs de mobiles (+ 57 %, contre + 128 %) et le Moyen-Orient 36 millions (° 33 %, contre + 73 %). Fin 2001, l’Europe est le premier marché du mobile en nombre d’abonnés (35,3 %) devant l’Asie (34,5 %), l’Amérique (23,6 %) et l’Afrique (6,6 %). Fin 2001, l’Europe totalise près de 336,5 millions de clients, soit une croissance nette semestrielle de 11,1 %. Représentant l’essentiel du marché européen, les pays de l’Ouest ont connu un fort ralentissement de la croissance du nombre d’abonnés mobiles sur l’ensemble de 2001. Sur les deux semestre 2001, le taux de croissance nette du parc d’abonnés a été de 7,8 %. Cinq pays de cette zone (Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni et France) représentent à eux seuls plus de 76 % du marché au 31 mars 2002 (216,7 millions de clients). La croissance globale du nombre d’abonnés entre mars 2000 et 2001 en Europe de l’Ouest est de 10,4 %, contre 16 % entre décembre 2000 et décembre 2001. Alors que le taux de pénétration de la France est le plus bas d’Europe avec 62 % fin mars 2002, il connaît, sur la même période, une croissance supérieure aux autres pays. L’Italie enregistre le taux de pénétration le plus fort d’Europe (86,7 % fin mars 2002), suivi par le Portugal (85,1 %), la Suède (83,5 %) et la Finlande (83,1 %). (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 23/08/2002)