Les émissions électriques du cerveau peuvent être analysées par un casque muni de capteurs pour être traduites en instruction. Appliqué aux outils bureautiques, ce projet permettrait aux personnes handicapées de contrôler leur ordinateur par la pensée.

Exploiter les ondes cérébrales pour faciliter l'accès à l'informatique

Contrôler son ordinateur par la force de la pensée, un rêve de science-fiction ? Plus vraiment. Pour faciliter l'usage des outils informatiques par des personnes atteintes de handicaps moteurs, une équipe de recherche de l’université Ben Gourion du Néguev, en Israël, a développé la solution MindDesktop. Ce dispositif consiste en un casque sans fil équipé de sept paires d'électrodes. Il analyse les ondes alpha émises par le cerveau pour comprendre les actions que l’usager souhaite effectuer sur son ordinateur avant de les accomplir. En effet, les chercheurs ont compris que l’énergie électrique émise par le cerveau en pleine concentration est équivalente à 10 Watts, soit 13 à 40 vagues d’ondes alpha par seconde. Or, ces vagues d’énergie peuvent correspondre à un état d’esprit, à une volonté. Après les avoir captées et analysées, le casque communique avec un logiciel qui traduit ces données en commandes transmises à l’ordinateur.

Identifier la nature des ondes

Comment cela fonctionne ? Coiffé du casque, l’usager commence par ne penser à rien afin d’enregistrer une activité cérébrale « neutre ». Puis, il pense « droite » ou « gauche » par exemple, et ce pendant huit secondes. C'est le laps de temps nécessaire pour que l’appareil comprenne ce que veut l’utilisateur. Le casque enregistre donc l’activité du cerveau qui correspond à l’idée « droite » ou « gauche ». Idem pour « cliquer », par exemple. Lorsque le casque captera la même énergie lors d'une prochaine session, le logiciel saura à quelle instruction elle correspond.

Favoriser l’insertion

Ce logiciel, justement, permet de faire apparaître à l'écran un clavier virtuel. L'utilisateur sélectionne les touches en pensant, donc, "droite", gauche", "haut", "bas" pour déplacer un curseur. Pour taper un caractère, il pense "cliquer". Tout l'enjeu consiste à se servir d’un ordinateur (écrire, expédier des mails) en se passant au maximum du clavier et de la souris. Le jeu vidéo avait déjà fait un pas dans cette direction avec l'Epoc, de la société Emotiv, qui analyse le flux sanguin et l’énergie électrique du cerveau pour affecter le comportement de personnages. La solution MindDesktop va plus loin en affinant les informations suggérées par le cerveau. Un brevet a été déposé par les chercheurs. L'une des applications les plus évidentes serait de proposer le dispositif à des entreprises et des organisations afin de faciliter le travail sur ordinateur pour des personnes handicapées.