Alors que les investissements dans l'externalisation ne cessent de croître – le cabinet Accenture vient ainsi d'annoncer qu'il doublera ses effectifs en Inde d'ici décembre 2004 (ils représentent ...

Alors que les investissements dans l’externalisation ne cessent de croître – le cabinet Accenture vient ainsi d’annoncer qu’il doublera ses effectifs en Inde d’ici décembre 2004 (ils représentent aujourd’hui 4300 employés) – les secteurs d’activités ne semblent pas réagir tous de la même manière face à cette tendance.

Selon un rapport d’étude publié par le cabinet Datamonitor, seulement 22,2% des entreprises pharmaceutiques françaises envisagent d’externaliser davantage de services cette année, alors que la moyenne européenne est de 38,4%, et de 53,3% pour le Royaume-Uni ! La cause ? Selon Anne Delaney, Directrice des analyses stratégiques de Datamonitor Healthcare : « L’externalisation reste encore considérée comme une réponse avant tout tactique et opérationnelle aux besoins de l’entreprise et n’est pas encore suffisamment intégrée dans les plannings stratégiques ».

Ce constat est particulièrement prégnant en France, où seulement 23,5% des entreprises de l’industrie pharmaceutique intègrent l’externalisation dans leur stratégie globale. Mais la France est-elle si en retard par rapport aux autres pays interrogés (Allemagne, Espagne, Italie, Royaume-Uni) ? Côté externalisation juridique, la moyenne des pays interrogés est de 50,1% contre 67,9 % pour la France, côté services généraux 46.2 % contre 49,7 % dans l’Hexagone, côté IT : 43.2% contre 62,5% pour la France ! On peut aussi supposer que cet écart d’intention entre la France et les autres pays européens interrogés soit dû à une relative avance du secteur pharmaceutique français dans ce domaine.

( Atelier groupe BNP Paribas – 8/12/2003)