Depuis le 3 août, il est possible de commander le nouvel ordinateur de la firme à la pomme. En une semaine, 150 000 exemplaires de l’“iMac” se sont vendus aux Etats-Unis, bien que les acheteurs amér...

Depuis le 3 août, il est possible de commander le nouvel ordinateur de la firme à la pomme. En une semaine, 150 000 exemplaires de l’“iMac” se sont vendus aux Etats-Unis, bien que les acheteurs américains ne puissent l’emporter chez eux qu’à partir de samedi prochain. Certains analystes prévoient que l’iMac pourrait dépasser le million d’exemplaires vendus en un an. Depuis l’annonce le 6 mai dernier, plus de 460 programmes originaux ou nouvelles versions de logiciels antérieurs sont apparus. Rappelé en remplacement de Gilbert Amelio, Steve Jobs qui occupe depuis l’été dernier les fonctions de patron par intérim, sera-t-il l’auteur de l’un des plus beaux redressements de l’industrie informatique? Après avoir accumulé plus de 1,85 millions de dollars de pertes sur les deux derniers exercices, Apple a terminé son troisième trimestre par un bénéfice net de 101 millions de dollars (près de 600 millions de F). Tout en poursuivant les restructurations sévères amorcées par Gilbert Amelio, Steve Jobs a abandonné des activités non rentables et introduit le modèle de fabrication à la demande adopté par Dell et Gateway. Apple, selon IDC, ne détient plus que 3 % du marché mondial des ordinateurs personnels, contre 10 % environ au début de 1990. Le groupe mise à la fois sur les performances et le design de ses produits pour regagner des parts de marché. Conçu en collaboration avec IBM et Motorola, le processeur vedette G3 bat tous les records de rapidité. Modèle à moitié translucide dont la souris s’illumine lorsqu’on la manie, l’iMac devrait permettre à Apple d’entretenir la passion de ses utilisateurs et d’en attirer d’autres. (Le Figaro 13/08/1998)