Entretien avec Valérie Meriot-Burn, chef du pôle diversité chez Renault. Pour que les femmes soient mieux représentées à tous les niveaux hiérarchiques, il faut avant tout viser la mixité et libérer la parole. Ce qui peut se faire via des réseaux sociaux internes.

[Femme Digitale] "Le digital est clé pour le développement de la mixité au sein de l'entreprise"

Ce département est à l’initiative du réseau social Women@Renault. Créé en 2010, ce réseau de plus de 3500 membres a pour ligne de mire la mixité dans l’entreprise, qui inclut une meilleure représentation des femmes, notamment dans les instances élevées.

L'Atelier : Pourquoi créer des pôles dédiés à la mixité ou à la représentation des femmes ?

Valérie Meriot-Burn :Un de nos objectifs de développement est que les femmes soient mieux représentées à tous les niveaux hiérarchiques de l’entreprise. Cela inclut donc le renforcement de la mixité au sein des équipes, qui est encore timide dans des secteurs comme celui de l’automobile. Et cela passe par une évolution du processus de recrutement. Nos objectifs actuels sont de recruter 30% de femmes dans les profils techniques et ingénieurs et 50% dans les profils non techniques, du type commercial.

Le discours ne doit donc pas s’adresser uniquement aux femmes...

Non, il doit s’adresser aux hommes et aux femmes. Dans ce sens, nous avons créé un réseau social interne.Celui-ci, baptisé Women@Renault, n'est pas réservé qu'aux femmes, mais à tous les salariés de Renault ! L’objectif est de prôner la mixité, la présence des hommes sur le réseau est donc essentielle. Certes Women@Renault a été créé pour augmenter le nombre de femmes dans les rangs de l’entreprise, mais il est important que les hommes participent à cette initiative, pour montrer leur soutien. Loin d’être un site "féministe", c'est une véritable plate-forme d’échange.

En quoi le digital aide-t-il à fédérer les femmes dans l’entreprise ?

Le digital est un facteur clé pour le développement de la mixité au sein de l’entreprise. Il favorise et simplifie les échanges. Il permet de communiquer plus rapidement, de sensibiliser et de valoriser les hommes et les femmes pour rompre les stéréotypes. Les mentalités évoluent au fil du temps et des différentes animations du réseau. Chez nous, la plate-forme est présente localement mais aussi sur la scène internationale, dans 11 autres pays. Il s’agit du RSE le plus important de Renault.

Avez-vous des retours sur la mise en place de ce type de dispositif ?

Les femmes prennent davantage confiance en elles. Elles osent s’exprimer. La parole est libérée, il n’y a plus de tabou. Et les échanges réalisés sur la plate-forme sont aussi bénéfiques pour les hommes. En addition de l’animation sur le réseau social, nous organisons des événements "live" de Networking. Par exemple les rencontres organisées en partenariat avec l’association "Elles bougent", durant lesquelles des marraines sont présentes pour démontrer l’importance de la participation des femmes dans les équipes et montrer que des emplois dits techniques peuvent être occupés par des femmes. Et plus concrètement encore, l’objectif de mixité dans les profils commerciaux est maintenant atteint.