Les antennes relais doivent nécessairement être placées en hauteur. Soit. C'est la raison pour laquelle elles se retrouvent souvent sur les toits des immeubles à Paris. A la campagne, dans les...

Les antennes relais doivent nécessairement être placées en hauteur. Soit. C'est la raison pour laquelle elles se retrouvent souvent sur les toits des immeubles à Paris. A la campagne, dans les villages, le point le plus haut est bien souvent... le clocher de l'église. C'est ainsi que dans plusieurs communes de France, Bouygues Telecom, SFR ou encore Orange se sont arrangés avec les élus pour obtenir le droit d'installer leurs antennes sur les églises. Une situation qui n'est pas du goût de tout le monde... Des fidèles, choqués par l'affublement d'antennes imposé à leurs clochers, se sont rapprochés de l'association Robin des Toits, qui milite justement contre l'installation des antennes relais dans certains lieux à risques ou sur des monuments. Les fidèles estiment que les antennes sont contraires à leurs principes religieux et que leur emplacement est illégal. A Roussillon dans le Gard, à Beynost, à Moins, à Montrottier dans le Rhône et à Plougrescant dans les Côtes d'Armor, les riverains réclament donc leur désinstallation. Leur avocat, Me Forget, a trouvé un argument essentiel dans les lois du 9 décembre 1905 et du 2 janvier 1907. Celles-ci établissent que les églises, même si elles sont la propriété de l'Etat, sont à la disposition des fidèles et ne doivent en aucun cas souffrir modification décidée par l'Etat. Si la cour donne raison aux plaignants, d'autres organisations de riverains pourraient à leur tour se manifester pour protéger le patrimoine de leur commune. On estime qu'à ce jour, 5 % des antennes-relais en France sont disposées sur ou dans des lieux de culte. (Atelier groupe BNP Paribas - 27/05/2005)