Les autres pays européens auraient mieux abordé que la France le virage technologique dans le secteur éducatif. Une perception qui encourage à une multiplication des initiatives.

Des Français critiques quant à la place des technologies dans l'éducation

La France donne à ses citoyens l'impression d'avoir mal intégré les nouvelles technologies à son système éducatif. C'est ce qu'affirme le groupe Syntec numérique, qui pour arriver à cette conclusion, a mené un sondage auprès d’un échantillon représentatif de près de 4 000 Européens (Allemands, Espagnols, Français, Anglais et Italiens), âgés de 15 à 65 ans, et d'une centaine d'éditeurs de logiciels français. En effet, s'il est assez classique de penser que la situation est moins optimiste dans son pays que dans les autres, cette tendance est bien plus forte dans l'Hexagone que dans les autres pays interrogés.

Les français considèrent leur propre système comme inefficient

Ainsi, les habitants des autres régions considèrent à 74 % que nous intégrons bien les technologies à notre système d'éducation. Un chiffre qui nous situe à  la troisième place derrière l'Allemagne à 83% et l'Italie, à 78%. Pourtant  seuls 50 % des Français partagent cet avis, soit le plus gros écart mesuré entre l'estime de la part des autres pays et celle de la part des citoyens eux-mêmes. Pour Bruno Vanryb, Président du Collège Editeurs de Logiciels du Syntec Numérique, "s’agissant du premier budget de l’Etat, c’est un constat d’échec", explique t-il. "Cette vision négative ne fait que conforter le sentiment d’une déconnexion très grande entre notre système éducatif et l’économie réelle".

Une prise de conscience qui doit mener aux réformes

Toutefois, il nuance en précisant que cette prise de conscience de la part des Français peut être salutaire. Elle ouvre en effet la voie à de possibles réformes dans le domaine, de par un soutien réel de la part de l'opinion publique. C'est, à son sens, la seule solution pour permettre à la France de rétablir un système éducatif qui soit aussi efficace, ou du moins aussi considéré que l'est celui de l'Allemagne. Son système  est en effet considéré par 45% des personnes interrogées comme le meilleur d'Europe, loin devant l'Angleterre (28%) et la France (7%).