Les éditeurs de logiciels professionnels français viennent de créer l'Afdel, l'Association française des éditeurs de logiciels, dont le rôle sera de défendre les intérêts du secteur face aux...

Les éditeurs de logiciels professionnels français viennent de créer l'Afdel, l'Association française des éditeurs de logiciels, dont le rôle sera de défendre les intérêts du secteur face aux différents acteurs économiques et politiques du marché. Bien que ses fondateurs affirment le contraire, la création de l'Afdel est perçue comme un volonté de rompre avec le Syntec Informatique, la chambre professionnelle des sociétés de services et d'ingénierie informatiques (SSII) et des éditeurs de logiciels.

Alors que la création de l'ESA (European Software Association), annoncée fin septembre , vient d'être entérinée à Bruxelles, les éditeurs de logiciels professionnels français estiment qu'il est nécessaire qu'ils se dotent de leur propre association afin de veiller à la défense de leurs intérêts. Les deux lancements sont quasi simultanés, façon de marquer la cohérence entre les missions de l'ESA et de l'Afdel sur certaines questions d'envergure internationale comme la brevetabilité des logiciels.

Etant plurisectoriel et largement dominé par les sociétés de service, le Syntec n'est plus selon les éditeurs de logiciel qui ont rejoint la toute jeune association le mieux placé pour défendre leurs intérêts, même si ces derniers se défendent de toute visée sécessionniste.

AIMS, Cegid, Dassault Systems, Geac, Berger Levrault, Microsoft France, Navidis, Reportive et Staff & Line, membres fondateurs de l'Afdel, devraient bientôt être rejoints par Adobe, Cartesis, KXN ou Eptica.

(Atelier groupe BNP Paribas - 25/10/05)