Nouvelles technologies obligent, teneur et environnement de travail promettent de subir des bouleversements incommensurables dans les prochaines années.

Les frontières s’estomperaient-elles entre travail et loisir ?

A quoi ressemblera le travail du futur ? Cette notion de travail est amenée à changer tant dans le fond que dans la forme. Les nouvelles technologies en sont à la fois la cause et la conséquence. Elles remettent également en cause les espaces de travail. C'est sur ces changements que porte le rapport livré par l'équipementier Aruba network en collaboration avec le cabinet The Future Laboratory. Dans un premier temps, les nouvelles technologies et leur dimension mobile facilitent la flexibilité au travail. En effet, les frontières entre vie privée et professionnelle sont de moins en moins visibles, puisque les travailleurs reçoivent leurs mails professionnels pendant leur temps libre et inversement.

L'émergence d'un nouveau concept, le "Bleisure"

Les auteurs de l’étude estiment que l'IoT, l’Internet des objets, bouleversera le quotidien au travail tout autant que dans la sphère privée. Outre l’exemple d'outils aptes à faciliter des tâches de la vie professionnelle tels que des salles de réunion intuitives où il suffirait d'appuyer sur un bouton pour lancer une vidéo conférence ou une présentation, il est fait état d'un changement total dans la conception du travail. Il est question de "Bleisure", sorte d’oxymore, résultat de la contraction entre business et loisir. Ce terme transmet l’idée qu'à terme le travail pourrait perdre sa finalité de gain d'argent pour payer ses loisirs, et devenir un plaisir en soi. Si les actifs ne voient plus leur métier comme une activité à laquelle se cantonner toute leur vie, ils se montreront prêts à rebondir sur les opportunités qui s'offrent à eux. Leur démarche relève plus de la cohérence globale d'un projet qu’à l'objectif pur et dur de gagner sa vie.

Des espaces repensés

Notre comportement au travail change également; que ce soit à titre individuel ou dans notre manière de collaborer. La position hiérarchique, très visible dans l'aménagement des espaces des entreprises traditionnelles, pourrait se faire plus discrète en vue de privilégier la collaboration et la fédération des équipes, sans pour autant négliger les vertus créatrices de l'introversion. Les solutions éprouvées évoquées dans l'étude consistent en la juxtaposition d'espaces spécialisés où le travailleur s'installe selon les besoins. Le propos va jusqu'à dire que le mot bureau va devenir obsolète. C'est dans cette idée que les analystes mettent en valeur les changements en matière de propriété des biens, et l'importance que prendront dans le futur les modèles collaboratifs et l'économie de partage. On voit notamment s'exporter des États-Unis ou de Russie des lieux comme l'AntiCafé à Paris, où l'on paie à l'heure pour bénéficier de boissons et collations à volonté dans un intérieur design où l'on peut travailler au milieu d'autres entrepreneurs...

Rédigé par Lucie Frontière
Journaliste