Fujitsu vient d’annoncer la fermeture de sa seule unité de production de composants en Europe, son usine de semi-conducteurs en Grande-Bretagne. 350 millions de livres ont été investis dans la const...

Fujitsu vient d’annoncer la fermeture de sa seule unité de production de composants en Europe, son usine de semi-conducteurs en Grande-Bretagne. 350 millions de livres ont été investis dans la construction de cette usine ouverte en 1991, située dans le nord-est de l’Angleterre, employant 570 personnes, et fabriquant surtout des mémoires DRAM destinées aux fabricants d’ordinateurs personnels.

Selon la dernière étude mensuelle de Warburg Dillon Read, l’année prochaine la surproduction de mémoires DRAM devrait atteindre encore 15 % , contre 16 % cette année.

Se classant au 10è rang mondial pour la production de mémoires, Fujitsu est néanmoins moins touché par la crise sévissant sur ce marché que Hitachi (4ème mondial) et Mitsubishi Electric (8ème mondial).

L’usine de Newton Aycliffe produit chaque mois 2,5 millions de mémoires DRAM de 16 mégabits, soit la moitié de la production totale actuelle du groupe, composants toutefois presque déjà dépassés. D’ici à mars 1999, Fujitsu ne devrait plus produire que 1 million de mémoires de cette génération. Le groupe va donc faire l’impasse sur le continent européen pour la génération suivante de 64 mégabits et concentrer sa production sur l’usine de Gresham aux Etas-Unis ainsi que sur celle d’Iwate au Japon. Cette dernière usine devrait progressivement se reconvertir dans la production de microcontrôleurs et de circuits intégrés logiques, composants à plus haute valeur ajoutée que les mémoires. (Les Echos - 07/09/1998)