Société pionnière dans la vidéo interactive, Adways mise sur des supports plus intuitifs qui laissent les clés à l’utilisateur pour affiner sa vidéo.

[Futur en Seine] Adways facilite l’enrichissement contextuel de vidéos

Si en 2010 - année de sa création, la société Adways avait plusieurs longueurs d’avance dans le domaine de la vidéo interactive, le marché est devenue, depuis, sensiblement plus concurrentielle. Par exemple, la société Odela3D vend des services de "communication sensorielle" grâce aux vidéos augmentées. De même, l’application Touchcast s’est emparée du potentiel offert par les nouveaux supports médias et a tenté d’anticiper le renouvellement des usages en donnant aux utilisateurs les moyens de créer et d’augmenter leurs propres vidéos. C’est pourquoi Adways aspire à se démarquer en affinant ses services. Dans cette optique, l’entreprise a lancé en février 2014 un outil SAS qui permet aux clients de rendre eux-mêmes leur vidéo interactive.

Le tracking au service de l’interactivité et flexilibilité de la vidéo

Auparavant, le travail était fait manuellement par leurs équipes pour chaque vidéo, afin que l'utilisateur puisse accéder s'il le souhaite à des contenus additionnels intégrés au flux vidéo. Et ce, en cliquant sur une zone dynamique dédiée. "Alors que nous étions en mode 'artisan', nos clients peuvent dorénavant enrichir eux-mêmes les vidéos. Et le processus est très simple, puisque la formation à l'outil se fait en moins d'une heure.", explique Jacques Cazin, le CEO de l’entreprise*. L’utilisateur peut donc ajouter des contenus à volonté et à l’envi, suivre et analyser les actions de leurs publics cibles. Autre évolution notable: Adways  a mis en place un service de tracking d'éléments, via la reconnaissance de formes. Grâce à ces e-frames, Jacques Cazin prédit qu'on verra apparaitre des 'hotspots contextuels'. "A terme, il n'y aurait même plus de zone spécifique où cliquer mais il se passerait quelque chose où que l'utilisateur appuie. L'inscription de l'icône "acheter" figée en bas à droite d'une page d'e-commerce est maintenant un modèle dépassé".

Les médias plus friands de vidéos interactives

Si les principales cibles du segment sont les publicitaires et les experts en communication de marque, un autre secteur se distingue parmi les clients d'Adways. Les vidéos interactives séduisent tout particulièrement les médias. La chaîne d’interlocuteurs est en effet nettement plus longue, et les processus de contenus éditoriaux plus lourds à instaurer, dans le domaine de publicité, par exemple. "C'est plus long à mettre en place que dans le secteur des médias, mais ça va monter. Le 'native advertising' et cette dimension non intrusive de la publicité est un levier de croissance énorme", explique le PDG. Et Jacques Cazin de relater le cas d'une vidéo de défilés de mode : "pour un modèle de vêtement, il suffit de cliquer dessus pour avoir accès à des informations complémentaires sur le produit comme la matière, le lieu de vente le plus proche". Et si l'utilisateur n'est intéressé par aucun article en particulier, libre à lui de visionner la vidéo de bout en bout sans l'interrompre.

* rencontré dans le cadre du festival du numérique Futur en Seine.

 

 

 

Rédigé par Lucie Frontière
Journaliste