« Je déteste le téléphone portable mais ne peux m'en passer », « Je ne connais pas toutes les fonctionnalités de mes gadgets technologiques », « l'e-mail est une invention qui simplifie beaucoup...

« Je déteste le téléphone portable mais ne peux m’en passer », « Je ne connais pas toutes les fonctionnalités de mes gadgets technologiques », « l’e-mail est une invention qui simplifie beaucoup ma vie »… Il est intéressant de revenir sur quelques études menées par différents cabinets sur les relations qu’entretiennent les américains avec leurs petits outils technologiques.

Selon une étude de Click IQ, 61 % des 18-64 ans pensent ne pas exploiter pleinement le potentiel de leurs derniers gadgets technologiques, et 61 % disent également qu’ils ont du mal à s’adapter à toute nouvelle technologie. Cependant, leur « incompétence » varie selon les appareils. Par exemple, un quart des personnes interrogées pense que c’est l’ordinateur (fixe) qui pose le plus problème, et pour l’utilisation duquel ils ont le plus besoin d’une assistance technique. Viennent ensuite l’appareil photo numérique, l’équipement stéréo (cité par 8 %) et l’ordinateur portable (5 %).

Seconde étude, celle de Taylor Nelson Sofres Intersearch, menée auprès de 1.500 adultes en novembre 2003. La question était de savoir quelle invention technique les sondés détestaient le plus mais dont ils ne pourraient se passer. 30 % d’entre eux ont évoqué le téléphone portable, juste devant le réveil matin et la télévision (respectivement 25 % et 23 %).

Ensuite les sondeurs posent la question suivante : « De toutes ces inventions, laquelle est celle dont vous ne pourriez-vous passer : la brosse à dents, l’ordinateur, le téléphone portable, l’automobile ou le micro-ondes ? ». L’on peut dire que les priorités des sondés sont fonction de leur âge ! A titre d’exemple, si l’ordinateur n’est indispensable que pour 6 % des adultes, il l’est pour 16 % des adolescents. Il n’y a que l’hygiène dentaire (la brosse à dents est choisie par 34 % d’adolescents et 42 % des adultes) et l’automobile (31 % des adolescents contre 37 % d’adultes) qui emportent plus l’adhésion des adultes que des adolescents.

(Atelier groupe BNP Paribas – 23/01/2004)