GE Capital Finance, filiale de General Electric, spécialisée dans les services financiers aux entreprises, permet désormais à ses clients, grâce à un accès personnalisé et sécurisé, de consulter leu...

GE Capital Finance, filiale de General Electric, spécialisée dans les services financiers aux entreprises, permet désormais à ses clients, grâce à un accès personnalisé et sécurisé, de consulter leur compte en ligne (financements effectués, détail de l’encours, litiges, détail des écritures client par client …) et de disposer d’informations clés en temps réel: montant de l’encours finançables et non finançable. Le site http://www.geclic.com est accessible de 6 h du matin à minuit. Les clients peuvent récupérer et exploiter sur leurs propres applications comptables l’ensemble des informations disponibles. Grâce notamment à une fonction «téléchargement», ils peuvent enregistrer une synthèse complète de leur compte. GEclic comprend aussi une fonction «statistiques» fournissant aux abonnés un historique et un classement (Top 10) de leurs clients selon trois critères: montant de l’encours, non finançable et litiges. Des demandes d’agrément en ligne peuvent également être faites. Le site est hébergé par un prestataire extérieur «agréé GE» afin de garantir une grande fiabilité dans le transfert des données. La sécurisation des échanges entre GE Capital Finance et ses clients est assurée par un système de cryptage des données. Grâce à ce site, les PME-PMI bénéficieront de procédures simplifiées pour leurs demandes de financement. Jusqu’à présent, ces demandes pouvaient prendre plusieurs semaines (entre la demande et l’agrément). Au cours du second semestre 2001, GE Capital Finance va en effet développer une solution permettant de saisir directement les factures … GE Capital Finance sera alors en mesure de traiter leurs demandes plus rapidement. De nouveaux services sont également à l’étude, notamment avec la création d’un site portail d’ici la fin 2001, permettant l’accès à l’ensemble des e-services de GE Capital Finance. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 23/03/2001)