Le groupe de Montpellier Genesys, leader européen des services de téléconférences, vient de prendre le contrôle, pour 15 millions de dollars, de la société Aloha Conferencing Services, basé à Hawa...

Le groupe de Montpellier Genesys, leader européen des services de téléconférences, vient de prendre le contrôle, pour 15 millions de dollars, de la société Aloha Conferencing Services, basé à Hawai, filiale de Cable & Wireless USA spécialisée dans les services de téléconférence assistés par opératrices. Après avoir réalisé en 1998 un chiffre d'affaires de 6,8 millions de dollars et un résultat net de 378 000 dollars, Aloha Conferencing (100 personnes) mise sur un chiffre d'affaires d'environ 8,5 millions de dollars pour un résultat net supérieur au million de dollars pour l'exercice en cours.

En août 1998, Genesys avait déjà racheté une petite entreprise d'Altanta réalisant un chiffre d'affaires de 400 000 dollars, Summons, disposant d'une technologie innovante : la téléconférence audiovisuelle sur Internet. En novembre dernier, Genesys avait repris la clientèle de son distributeur, la société USN, apportée à Summons.

Cette nouvelle acquisition permet à Genesys de multiplier par quatre son chiffre d'affaires sur le marché américain qui représente, avec le Canada, 85 % du marché international des services de téléconférence, contre 7,5 % pour l'Europe a égalité avec la zone Asie-Pacifique.

Son PDG, François Legros, souligne "cette opération rentre dans notre objectif de faire de notre groupe le leader mondial des services de téléconférences à l'horizon 2001-2002". Pour cela, Genesys bénéficie d'une avance technologique dans les services informatisés et d'une couverture mondiale avec l'ouverture, l'an passé, d'une filiale à Singapour et l'achat de l'australien Confertel. L'année prochaine, deux nouvelles filiales seront créées, l'une à Hong Kong, l'autre au Japon.

Genesys devrait réaliser cette année un chiffre d'affaires de 215 millions de F (125 millions l'an passé) et un résultat net en très forte hausse (il était de 1,2 million de F en 1998). L'an passé, la part du chiffre d'affaires réalisée aux Etats-Unis s'élevait à 57 millions de F. Dès cette année, le marché américain représentera 28 % du chiffre d'affaires (2,5 % en 1998) et devrait atteindre 50 % en 2002. (Les Echos - 02/04/1999)