La gestion de l'espace de travail à l'intérieur de l'entreprise, à l'image des moyens de travail impactés par l'évolution du numérique, doit suivre une trajectoire analogue de réactualisation afin de maximiser la productivité.

La gestion des services intra-entreprises redevient un enjeu majeur de productivité

L'avènement de la transition numérique a changé notre rapport au lieu de travail. Depuis un bureau fixe à l'ordinateur immuable, nous sommes arrivés à, dans de nombreux cas, un ordinateur portable, un téléphone ou une tablette qui nous permettent de suivre notre travail constamment, dans le temps, et où que ce soit, dans l'espace. L'apparition du travailleur mobile, au sens de ces appareils, pose des défis importants à la gestion physique de l'espace de travail, allant même dans certains cas jusqu'à simplement supprimer le concept de bureau, de lieu de travail. Car mobile le travailleur l'est bien, et l'augmentation rapide des phénomènes de télétravail, de mobilité même au sein de l'entreprise, semble rendre obsolètes toutes les théories d'organisation scientifique du travail dont taylorisme et fordisme avaient posé les bases. S'il est dorénavant souvent inadapté, il ne faut pas encore mettre de côté ce concept d'espace de travail et la gestion précise qui s'y rattache. C'est ce que cherchent à définir, ou redéfinir, les arguments avancés par l'ISS dans leur récent rapport.

Réduction des coûts et rapprochement autour de l'individu

Ce rapport s'appuie, outre sur des recommandations d'experts, sur différents sondages effectués dans des entreprises de tous les continents. Et les résultats en sont relativement transparents, employés et dirigeants sont conscients de la nécessité d'un changement d'organisation de l'espace. Ainsi, dans les innovations attendues d'ici 2020 on retrouve le développement de la vidéo-conférence, l'apparition et la systématisation des "hot desks" ces bureaux partagés permettant un rapprochement des équipes, mais aussi de nombreux aspects plus sociaux, l'apparition de secteurs consacrés à la créativité par exemple, des cafés et des crêches intégrées à l'entreprise. Le fait est que la tendance va vers une réduction de l'espace physique de travail, la disparition progressive des bureaux fermés peu économes vers un espace plus ouvert, collaboratif, mais aussi plus centré vers l'individu, aussi bien en termes d'outils de travail que de confort. Il s'agit de construire des structures de travail assouplies, aisément modulable selon les besoins du marché. "Dans les entreprises, le facility management est de plus en plus reconnu comme un secteur de travail majeur. Cette reconnaissance éloigne les stratégies de FM du local et tactique pour aller vers une approche plus globale et stratégique." explique Rakesh Kishan, Directeur d'UMS Advisory.

Un atout trop souvent oublié

L'OST a été un atout majeur du développement de la société entrepreunariale que nous connaissons aujourd'hui. La plupart de ses principes se sont d'ailleurs intégrés assez naturellement au sein de la culture d'entreprise. Cependant, à l'image de ce que soulevait Rakesh Kishan, notre approche de la gestion de l'espace est encore trop rigide, centrée sur une action particulière, ce qui peut causer d'importants ralentissements lors de l'évolution de cette action. Il s'agit désormais, plutôt que des espaces spécifiquement définis pour maximiser une production, d'une approche plus large, centrée sur l'efficience individuelle. Ceci est d'autant plus compréhensible que la majorité du travail se faisant aujourd'hui dans les bureaux sur un ordinateur, les habitudes de travail varient peu selon les entreprises.

 
Rédigé par Quentin Capelle
Journaliste