On ne sait toujours pas précisément quelles sont les intentions de Google avec ce projet de services de petites annonces baptisé Google Base, mais l'arrivée de Google Automat permet...

On ne sait toujours pas précisément quelles sont les intentions de Google avec ce projet de services de petites annonces baptisé Google Base , mais l'arrivée de Google Automat permet d'en savoir un peu plus et de deviner quelques uns des mystérieux desseins du numéro un des moteurs de recherche. Précisons toutefois qu'à l'heure actuelle, rien n'est acquis tant que Google n'a pas communiqué officiellement sur le sujet.

L'adresse Google Base ( http://base.google.com ) donne l'illusion que le service est fonctionnel mais l'internaute qui essaie de s'identifier à l'aide de son compte Google sera déçu : la page renvoie vers elle-même. Le service devrait pourtant ouvrir ses portes rapidement, comme en témoigne le dépôt par Google d'un brevet portant sur une technologie dénommée Google Automat. Et devrait frapper fort puisqu'il pourrait "directement impacter les 100 milliards de dollars annuels que représente le marché des petites annonces" selon Classified Intelligence, un cabinet de consultants spécialisé dans ce domaine.

En attendant que ce brevet soit approuvé, si tel est le cas, ses spécifications nous éclairent un peu quant aux ambitions hégémoniques de Google. Google Automat serait un système permettant de publier de façon automatique des annonces en ligne. Même si la mention n'est pas explicite, difficile de ne pas faire le rapprochement avec Google Base, surtout lorsque l'on constate que Google Automat permet également de paramétrer ses actions publicitaires via AdWords et AdSense.

Google Automat pourrait également être rattaché au porte-monnaie électronique développé par le moteur de recherche. D'abord connu sous le nom de Google Wallet, ce projet a été rebaptisé en Google Purchase. Couplé à Google Automat, il pourrait servir à régler l'acquisition de mots clés sur les programmes publicitaires de Google.

Une fois identifié, l'internaute peut, en trois temps, publier son annonce sur le service de Google. Première étape, identification et soumission des renseignements préalables : nature de l'objet, comment doit se faire la prise de contact avec le vendeur, etc. Deuxième étape : description du produit mis en vente, prix et, sûrement, image. Troisième temps : choix des mots clés utilisés pour assurer la promotion, prix que l'on est prêt à verser pour chaque clic enregistré sur les publicités qui vanteront notre annonce.
D'abord assimilé à un eBay ou à un Craigslist, le projet Google Base pourrait être d'une bien plus grande envergure : vendre des objets "physiques", certes, mais aussi et surtout vendre un contenu intangible à haute valeur ajoutée ! Des textes, des images ou des études pourraient ainsi être proposés à la vente. D'autre part, le système pourrait servir pour organiser des collectes de fonds pour des oeuvres caritatives ou l'organisation d'événements.

Encore beaucoup d'incertitudes, même si deux points sont désormais acquis. Premièrement, Google Base existe et a tout l'air d'un projet ambitieux. Deuxièmement, son arrivée ne devrait plus tarder. Le moteur de recherche semble accélérer le mouvement, peut-être pris de court par des révélations plus hâtives que ce qu'il aurait souhaité sur ce nouveau service...

Plus d'informations et quelques captures d'écran sur le blog Inside Google .

(Atelier groupe BNP Paribas - 10/11/05)