Après Amazon et Walmart, c’est au tour du géant du web de se lancer sur le marché des drones de livraison.

Google souhaite voir ses drones voler dans le ciel américain d’ici 2017

La guerre des drones vient tout juste de commencer. Après Amazon, c’est au tour de Google d’annoncer sa volonté de mettre sur pied une flotte de drones de livraison. Lors d’une conférence à Washington DC, Dave Vos, chef du Projet Wing, nom du programme du laboratoire Google X consacré aux drones de livraison, a annoncé la volonté de son entreprise de lancer de tels appareils dans le ciel américain pour 2017.

De nombreux défis doivent néanmoins encore être relevés. Le premier est d’ordre législatif, la Federal Aviation Administration n’ayant pas encore fixé le cadre adapté à la présence des drones dans l’espace aérien. Google et Amazon, mais aussi Walmart, ont d’ailleurs rejoint le groupe de travail chargé d’élaborer le cadre législatif.

Autres barrières d’ordre technique : la technologie permettant aux drones d’éviter les obstacles n’est pas encore assez au point pour leur permettre de circuler en sécurité et il manque un standard de communication permettant aux drones d’échanger entre eux et avec les autres aéronefs.

Livraison, sauvetage, surveillance, exploration : les drones peuvent apporter beaucoup, à condition que leur usage soit encadré afin de garantir la sécurité et la vie privée des individu. Pour l’heure, la Virginie est le seul état américain à autoriser les drones de livraison pour usage médical, en zone rurale. L’Australie et le Japon se montrent moins frileux en la matière.

 
Rédigé par Guillaume Renouard